Partagez | 
 

 Nana Hideyo | Membre du personnel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

PROFIL
Nombre de messages : 66
Nombre de messages RP : 2
Date d'inscription : 23/05/2017
Age : 26
Localisation : Bonne question.

RPG
Fiche de personnage
Chambre:
Études/Classe/Profession: Infirmière universitaire
Ma boîte à RPs:

MessageSujet: Nana Hideyo | Membre du personnel   Jeu 8 Juin 2017 - 21:47


Nana Hideyo


« All is bright. All is violent. »


Informations



Avatar du prédéfini

Nom ;

Hideyo

Prénom(s) ;

Nana (Hinako, Kyoko)

Âge et date de naissance ;

33 ans – 1984, un 12 octobre.

Origine ;

Japonaise.

Orientation sexuelle ;

Hétérosexuelle.

Signe particulier ;

Elle porte des lentilles de contact la journée, préférant son reflet sans sa monture forte et noire. Ses cheveux sont colorés.

Année ou études ou métier ;

Professeur de littérature.

Club (uniquement lycéen ou étudiant) ;

X

Avatar ;

Unknown.

Disponibilité ;

Libre. ♥


Icône du prédéfiniIcône du prédéfiniIcône du prédéfini


Physique & caractère


Nana, elle est douce et délicate. Elle est calme, réfléchie. Agréable et noble. Elle est souple et courbe l'échine lorsqu'il le faut. Elle n'est pas bruyante, Nana. Elle est comme l'eau. Elle file entre les doigts tant elle est instable et fragile. Elle est comme l'arrosée du matin sur une pivoine. Fraîche et candide, voire insaisissable. Nana, c'est ce genre de femme qui est passionnée pour un rien. Qui s'émerveille et sourit timidement devant un roman médiéval, qui s'extase devant de la poésie  mythologique et qui peut ainsi passer des heures à feuilleter plusieurs livres en une journée. C'est aussi ce genre de femme à l'instinct maternelle développé malgré son impossibilité d'enfanter. Elle est pédagogue, Nana. Elle prend son temps. Elle prend son temps pour tout, pour expliquer aux autres un sujet en particulier, un problème à régler. Sa patiente est presque sans limite. Du moins, c'est ce qu'elle prétend être.
Mais, elle est humaine, Nana. Elle a ses peurs et ses faiblesses. Sa maladresse est importante tant l'angoisse la prend aux tripes. Méfiante et craintive, Nana ne se dévoile pas aux autres. Elle érige une statue du marbre à la place de son corps afin d'éviter tout conflit, d'éviter quelconque contact avec les autres. C'est qu'elle est fragile, Nana. Elle est sensible et émotive, mais ne désire pas le faire savoir. Elle feint cette hypersensibilité dont elle a honte. Pétillante et joyeuse, elle demeure pessimiste et solitaire.

Elle est distraite. Souvent, elle oubliera ses lunettes sur sa table de nuit, ou ne trouvera pas ses clefs d'appartement. Même si Nana paraît calme, les caprices sont présents et dévastateurs. Parfois immatures tant la pression de ses cours l'habite, ou lorsqu'une dette de sommeil s'accumule. Quand elle va mal, Nana, elle dépense. Sans compter. De la nourriture. De la cosmétique, des vêtements de luxe. Elle accorde même de l'importance à ces objets. Sans histoire. Sans honneur. Elle est avare et a soif d'objet et les garde précieusement tel un dragon. Parfois, Nana est malhonnête. Se voile la face et ment comme elle respire. Elle est de mauvaise foi. Hypocrite au sein de la société. Audacieuse quand l'envie lui prend, car elle sait qu'elle est brillante. Elle sait qu'elle est éclatante et intelligente. Alors qu'un final, Nana, elle n'est pas mauvaise. Elle aimerait juste être prise au sérieux. Car elle sait que sa carrure chétive lui donne l'image d'une personne fragile et trop docile. Qui n'a aucune autorité. Elle en est persuadée. Alors il faut absolument, qu'importe si ce masque est faux, il faut donner l'impression d'être une forteresse, relever le menton et garder ce visage impassible face aux étudiants. Face aux collègues. Face à la vie, en général. Parfois-même, face à soi-même dans les moments trop difficiles.

Mais que voulez-vous. Elle est Humaine, Nana. Elle pleure souvent dans son sommeil. Crevant de cette solitude qu'elle ne comprend pas. Alors elle s'isole et plonge dans un nouveau livre. Dans un nouveau cours, dans ses corrections de copie pour ne pas penser à elle.

***

Il faudrait avouer, oui, que j'aimerais être ce courant d'air qui fait frissonner son échine opalescente, qui soulève sa chevelure de feu et dense. Ou cette poussière qui se dépose malignement sur son iris sombre aux doux camaïeux marronné, lui faire couler cette larme le long de sa joue terne qui se perd dans son cou trop fin. J'aimerais faire frémir ces épaules fines qu'elle couvre de son châle beige de ses fines mains noueuses. Ah, son échine se tend le long de sa gorge tant le râle gutturaux d'un toussotement raisonne faiblement dans le creux de sa main. Ce tissus fin, si fragile et minuscule face à ses angoisses qui tord son minois anguleux dans d'effroyables grimaces dont leur l'amertume de la solitude à le secret.

J'aimerais être la petite poche bleutée de ses cernes, afin d'être plus proche de son regard pourtant lumineux et observer le monde tel qu'elle le perçoit. Peut-être qu'ainsi, je pourrais comprendre cette posture légèrement voûtée, lorsqu'elle est seule. Peut-être, même, je pourrais sentir sa mâchoire se contracter et ses dents s'entrechoquer et m'imaginer, et lui céder. Je pourrais me cacher sous cette monture forte et noire comme elle se cache dans des vêtements qui ne lui ressemblent pas. Cachant sa beauté abrupte dans un écrin bercé d'illusion, bercé de fausseté.

Mais sa carcasse est frêle. Et pourtant aérienne, poétique. Sa stature et délicate et féminine. On devine sa fragilité. On la devine à nue. On devine le rythme lent de cette pompe qui se gorge de ce liquide tumultueux qui fume dans ses veines. On pourrait presque imaginer le bruit de ses os cédant à une force inconnue. Et pourtant, j'aimerai être ce voile de soie écru qui couvre délicieusement sa chaire. Qui épouse parfaitement le creux de ses hanches étroites. Qui réchauffe son dos fin. Qui cache sa poitrine séduisante et discrète, qui voile l'enflure de son bassin et qui caresse le haut de ses genoux en une fine dentelle travaillée. J'aimerais être cette fine couette qui couvre ses chevilles tordues et froides. Être cette petite planète, Saturne aux trait minimaliste, qui siège à l'intérieur de sa cheville droite cachée par des chaussettes trop larges et noires.

J'aimerais être cette tasse de café qui reçoit ses baisers jusque tard dans la nuit, pour sentir ses lippes joliment pincées, et les lui brûler un peu, pour la réveiller. Ce style, aussi, qu'elle tient ardemment lorsqu'elle corrige les gribouillis d'enfants perdus, et qui se demandent bien ce qu'ils vont faire plus tard. Je verrais, à travers le reflets de la bille argentée, son regard inquiet et emplie d'empathie envers ses gosses. Envers elle-même lorsqu'elle cri à l'aide.

Mais surtout, j'aimerai faire tomber cette statue qu'elle sculpte de ses mains froide et de son cœur meurtris. L'écraser. La rendre poussière. Pour la rebâtir à nouveau à l'image de son sourire si radieux lorsqu'elle se dévoile. A ce regard vrai, aux lentilles de contact qui gesticules tant son iris veut observer tout ce qu'il peut. La vêtir de couleur chaude, de fluidité et de légèreté. Juste pour le plaisir de la dénuder à nouveau, et la modeler du regard afin de la rendre, peut-être, heureuse et à l'aise avec elle-même.

Elle est belle, Nana. Mais elle l'ignore.

Histoire



Nana, elle a une vie tout à fait normale. C'est le genre de personne à vivre seule, dans un petit appartement ergonomique et savamment organisé, avec beaucoup plus d'utilité que d'originalité.

Elle a toujours vécu comme ça. Dans l'organisation. L'ordre. L'utile. Lorsqu'elle était jeune, déjà, fille unique et idolâtrée par ses parents, elle vivait entre des barrières droites et parallèles. Sans failles, sans erreurs. Parce qu'il fallait être ainsi. Parce qu'elle se mettait la pression, pour ne pas décevoir ses géniteurs qui lui donnaient tant. Alors l'angoisse lui tenait compagnie la nuit, la journée, dans la solitude.

Ah, le collège ? C'était pareil. Elle travaillait. Avait de bonnes notes. Mais, souvent charriée par sa carrure faible. Parce qu'elle dépassait les filles de sa classe d'une tête. Parce qu'elle était maigrichonne. Et surtout, parce que, souvent, quand elle devait prendre parole durant les cours, elle rougissait et on ne l'entendait pas. Il fallait donc répéter, plusieurs fois, avant de s'attirer les pires hontes, car sa voix était tremblante et ridicule. Mais, aussi parce que ses réponses étaient toujours justes et pertinentes. Elle impressionnait, parce qu'elle en savait, des choses. Mais sa timidité était risible. Et sa voix, aussi. Trop faible. Et ses lunettes trop grosses pour sa petite tête qui tient à peine sur ses épaules.

Alors au lycée, elle ne prenait pas la parole. Mais elle garda ce côté énigmatique. Studieux et intouchable. Invisible. Ses résultats sont toujours aussi bons, voire meilleurs. Ses parents ne pouvaient qu'être fiers et heureux. Et pourtant, ils voulaient toujours un peu plus. Parce qu'ils savaient qu'elle pouvait faire mieux.
Alors, je ne dois pas les décevoir. Elle se répétait souvent cette phrase, la nuit, avant de replonger son nez dans ses livres d'études.

L'université. Même schéma. Je ne le vous cache pas. Il y avait bien quelques garçons qui la déconcentrait, mais rien de plus. Un garçon ? Et alors. Il faut faire toujours mieux. Avoir un bon diplôme. Un bel avenir.

Burn out. Un konbini. Petit boulot pendant un an avant de reprendre ses études en main, juste avant son master.

Enfin. Enfin elle devient professeur de littérature. Elle est passionnée et effrayée. Le regard des élèves la perce. La tue. L'humilie. Elle veut arrêter. Mais ses parents ? Tant d’efforts pour si peu ?
Oh, elle se reprend. Se fait violence et affronte ses peurs durant quelques années. Et Amai lui propose un poste en temps que professeur à l'Université, et pourquoi pas, devenir chercheuse. Ses parents jubiles, sont fiers. Sont heureux.
Et puis, son sourire se fane, son expérience fait qu'elle devient froide, durant ses cours, pour ne pas se faire écraser et humilier, comme lorsqu'elle était enfant. Pour ne pas se faire honte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PROFIL
Nombre de messages : 66
Nombre de messages RP : 2
Date d'inscription : 23/05/2017
Age : 26
Localisation : Bonne question.

RPG
Fiche de personnage
Chambre:
Études/Classe/Profession: Infirmière universitaire
Ma boîte à RPs:

MessageSujet: Re: Nana Hideyo | Membre du personnel   Jeu 8 Juin 2017 - 22:05

Hey ! Bonjour, toi.

Déjà, je te remercie de prêter attention à ce prédéfini. Nana me tient à cœur, j'ai envie de dire.  

Certaines choses sont modifiables sur cette fiche, notamment l'âge, et la date de naissance, tout comme son prénom. Les deux autres choix sont entre parenthèse. L'avatar, par contre, je suis désolée. Il n'est pas changeable. Je n'ai pas réussis à trouver un OC lui ressemblant. Si jamais tu parviens à trouver mieux, préviens moi par mp ! On en discutera :3

Toute la narration de la fiche est modifiable aussi ! Mais, s'il te plaît, garde les traits de caractères principaux de Nana. Essaye de garder l'idée de son mal être physique, ou du moins, le suggérer. Mais le plus important reste vraiment son caractère. L'idéal serait de ne pas s'éloigner de l'idée de base !
L'histoire, tu peux l'améliorer si tu le souhaites, ajouter certains évènements... Fait ce que tu veux ! Mais le mélodrame avec du pathos, une histoire triste, etc... Ouais. Non. Comme je le suggère dans son ébauche d'histoire, elle a une vie banale. Du moins, jusqu'à son arrivée à Amai !

A priori, ce personnage n'a pas de lien avec un autre scénario sur Amai ! Mais... Reste attentif. ♥
Si Nana est incarnée un jour, je risque de sortir un scénario que je n'ai pas pu jouer jusqu'à présent. Et à partir de cet instant, Nana n'aura plus cette vie si banale. Si plate et trop emplie de copies.  

BREF. J'espère que Nana t'inspires et qu'elle te donne l'envie de la prendre en main ! Si jamais tu as des questions (notamment sur ce fameux scénario mystère), ou des incertitudes, n'hésite pas à me contacter ! ~

En espérant te revoir bientôt incarner ma petite Nana.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Nana Hideyo | Membre du personnel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amai Gakuen :: Préambule :: Présentation du personnage :: Prédéfinis-
Sauter vers: