Partagez | 
 

 Elisabeth Jacobs | Membre du Personnel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Administrateur

avatar

PROFIL
Nombre de messages : 2091
Nombre de messages RP : 357
Date d'inscription : 29/08/2014
Age : 20
Localisation : Dans un carton.

RPG
Fiche de personnage
Chambre: J'vis à Inazami.
Études/Classe/Profession: Tueur à gages. ♥
Ma boîte à RPs:

MessageSujet: Elisabeth Jacobs | Membre du Personnel   Dim 18 Juin 2017 - 21:20

Elisabeth Jacobs

25 ANS

ANGLAISE

HÉTÉROSEXUELLE

CÉLIBATAIRE

AGORAPHOBE

COMPTABLE A AMAI

LIBRE

FT. OC - DCTB
Physique
Elisabeth ne s'aime pas. Elle se cache et se pare d'artifices afin d'échapper au regard des autres, s'attelant à sa transformation dans le silence de sa salle de bain. Elle se regarde dans le miroir, s'observe en faisant la moue, le visage encore humide après le nettoyage drastique qu'elle lui a infligé. Ses mains, fines et hâlées, s'emparent de son pot de crème hydratante. Elle en applique une petite couche sur les courbes de ses pommettes rebondies, sur son petit front ainsi que sur le bout de son nez retroussé. Elle vient attacher ses cheveux ébène, avant de se saisir, avec lassitude, du petit flacon d'anticerne jonchant l'étagère en verre. Elisabeth n'aime pas ses cernes. Elles ne sont pourtant pas creusées ni particulièrement bleuâtres ou violacées, ne la rendent pas disgracieuse mais pourtant, la jeune femme ne voit que ces deux valises sous ses yeux. Alors elle les cache, ajoutant du superflu à sa jolie peau. Une touche de fard à joues, parce que c'est la mode, une autre de poudre fixatrice, Elisa' passe au mascara car elle trouve ses cils trop fins, trop discrets. Une couche d'un noir mat qui fait alors ressortir instantanément ses yeux bleu clair. Du liner et du crayon en ras de cils supérieur et inférieur, et du rouge à lèvres subtilement coloré pour donner du volume à sa bouche trop fine. Elisabeth détache ensuite ses cheveux, corrigeant son brushing en maudissant ses cheveux noirs, envieuse et désireuse d'un somptueux blond cendré. Une fois qu'elle s'estime présentable, la jeune femme s'habille à présent de vêtements sobres, les plus sobres possible, car elle déteste attirer l'attention. Elle n'aime pas sa petite taille, avoisinant le mètre soixante-cinq, qui la contraint à éviter les hauts trop longs afin de ne pas tasser sa silhouette. Alors elle joue sur des jeans taille haute et des débardeurs, arborant des chaussures à talons, même si elle ne sait pas marcher avec.

Un dernier regard à son miroir, à ses courbes joliment dessinées mais qui ne lui conviennent pas, à ce visage plein de tendresse qu'elle  exècre pourtant, si peu sûre d'elle. Elisabeth, c'est cette jeune femme qui ignore qu'elle est belle. Belle sans artifices, une beauté candide de celle qui ne sait pas. Belle dans ses maladresses, dans sa démarche hésitante perchée sur ses talons, de ses poings serrés contre la bandoulière de son sac et son merveilleux sourire étirant la commissure de ses lèvres.

Caractère
Elisabeth est agoraphobe. Mais avant d'être agoraphobe, c'est cette jeune femme réservée manquant de confiance en elle, qui est pourtant d'une tendresse revigorante de par son tempérament empli de douceur. Sa voix relaxe, détend et provoque un agréable sentiment de sécurité, un sentiment s'intensifiant face à son calme olympien et les sourires timides qu'elle lance, silencieuse, le visage à demi baissé. Elle ne parle pas beaucoup,  préférant se fondre dans la masse et conserver cette impression de présence fantomatique qu'elle engendre, lorsqu'elle fait irruption dans une pièce. Elle aime la routine, et tout ce qui est synonyme de paix, de sérénité. Ainsi, la jeune femme apprécie particulièrement la chaleur de son bureau, elle affectionne ce petit cocon silencieux où virevoltent les feuilles esseulées, bribes de paperasse administratives. Son café long du matin, avec un sucre, toujours. Ses pauses journalières, où elle s'accoude au balcon, ses soirées solitaires chez elle, à regarder les dernières séries du moment avec son chat roux. Son quotidien, sa vie et son petit bonheur routinier.

Elisabeth se bat pourtant contre son agoraphobie. Il y a des lieux fréquentés qu'elle s'applique à éviter, comme le centre-ville et les grands magasins, ainsi que les espaces vides ou les transports en commun. Elle fait pourtant l'effort de se confronter à ses angoisses en mettant les pieds dans ces lieux, lorsqu'elle se sent prête à faire face à elle-même. Car ce n'est pas un combat contre les autres qui s'instaure, mais un vrai duel entre elle et ses peurs irrationnelles. Les mains refermées sur l'armature de son sac qu'elle serre comme si c'était le seul rempart à sa survie, Elisabeth se concentre sur sa respiration, sur le bruit de ses talons contre le sol, essaye de faire abstraction du tumulte urbain. La circulation, les gens, les bruits des couverts émanant des restaurants. Inspiration, expiration. Elle tremble.

Et elle arrive enfin chez elle, épuisée. Pour se consoler, elle lit un livre, se prépare un bon dîner, téléphone à ses amis. Des choses simples mais qui suffisent à son bonheur. Elle aime aider les autres, est toujours de bon conseil, s'énerve rarement. Assez vive d'esprit malgré sa timidité, l'Anglaise réagit parfois par l'agressivité lorsqu'elle se fait marcher sur les pieds. Calme et gentille ne signifie pas dénuée de force caractérielle, et de la force, Elisabeth en a. Elle est même dotée d'une détermination sans failles qui lui permet de ne pas céder à ses propres angoisses. Elle ne craint pas les autres, et n'hésitera pas à se montrer plus sèche avec les personnes dont les intentions sont malveillantes, et davantage s'il s'agit de défendre quelqu'un qu'elle apprécie.

Lien (prénom/nom): Aucun.



FICHE PAR PSYCHOSE


Histoire


- Elisabeth est née en Angleterre (lieu au choix), et y passera une enfance tumultueuse. Délaissée par ses parents, qui remplaçaient l'amour et l'éducation par des jouets à n'en plus finir, la petite fille apprit à se gérer très tôt, gagnant en maturité et forgeant son éducation, ses idéaux et ses rêves par le biais des livres. À l'école, elle s'était fait des amis et partageait de bons moments avec ces derniers, devenus peu à peu comme une deuxième famille. Elle dormait chez eux, baladait son sourire de maison en maison, considérée comme la fille de couples attendris.

- Au collège pourtant, elle fut séparée de tous ses amis. Extirpée avec virulence de son confort, de son quotidien sécuritaire qui la préservait des efforts et des épreuves, la jeune adolescente déchanta très vite. Une timidité récalcitrante l'empêcha de suivre une première année normale. Ne supportant pas la foule du collège, elle séchait parfois les cours afin de rester à la maison, dans la tranquillité de ce qu'elle connaissait bien. Ses parents n'étaient pas très regardant là-dessus car leur fille, ramenant des notes exemplaires, justifiait ses absences répétées par une petite constitution, la rendant plus sujette aux petites maladies.

- Ce n'est que quelques années plus tard qu'Elisabeth rencontra deux personnes, qui deviendront ses futures amies, et qui lui redonneront le courage de fréquenter plus assidûment les bancs de l'école. Se démarquant lors des examens, aimée des enseignants et particulièrement douée en mathématiques, l'adolescence passa une des plus belles années de sa vie.

- Au lycée pourtant, ses parents, dans une nouvelle lubie sans grand fondement, l'extirpèrent de nouveau de son petit monde parfait pour l'emmener avec eux dans la capitale Nippone. Un rêve d'enfant pour la maman qui ne se souciait guère de sa fille, galvanisée par son nouveau quotidien trépidant, vivant comme une étudiante. L'insouciance de la mère ruina d'ailleurs la famille, avec la complicité effarante d'un père passif. Contraints de déménager à Kobe, dans le district Inari, il fut particulièrement compliqué pour Elisabeth de s'intégrer. Trop de monde, trop d'inconnu, trop de stress perpétuel. À l'école, elle était un ovni. L'Occidentale que les autres dévisageaient. Alors un jour, son corps n'en pouvant plus, elle s'écroula dans la salle de classe.

- Ce fut le point de départ de son agoraphobie. Un cercle vicieux instauré avec lenteur, sans qu'elle n'arrive à mettre des mots sur ses peurs. De là, Elisabeth connut la mésestime de soi, ne supportant plus son reflet dans le miroir. Elle taisait ses ressentis, se forçait à affronter les grands espaces, la foule et son bruit tonitruant. S'isolant alors, plongeant dans une solitude mortifère, elle s'acharna sur ses études, persuadée que la réussite était la seule porte de sortie possible.

- Elle réussit effectivement, choisissant de poursuivre ses études dans le domaine de la compatibilité. Un métier qui lui permettrait d'être au calme, dans son bureau, avec la compagnie du silence apaisant et de la paix stagnante. Entre-temps, la jeune femme se résigna à consulter un médecin, qui mit un mot sur ses maux. Un soulagement pour elle, qui put dès lors, finir ses études. Non sans mal, non sans efforts. Mais c'était un combat qu'elle avait mené et dont elle était fière d'être sortie victorieuse.

- Aujourd'hui, elle se bat encore contre son agoraphobie. Celle-ci recule, peu à peu, tandis que ses efforts croissent, même si cela demeure difficile. Elisabeth s'est trouvé un travail à Amai, dans un petit bureau, comme elle le souhaitait. Elle a délaissé ses parents qui, de toute manière, n'ont même pas prêté attention au départ de leur fille, et à l'heure actuelle, le but de ce petit bout de femme est clair : aller de l'avant. S'ouvrir aux autres, changer, apprendre à s'aimer. Ici, à Kobe.


FICHE PAR PSYCHOSE

~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~

mon coeur est passé sous le métro. #384C83 " Je fais ce que je peux. Avec mes silences et le reste. Avec mes peurs de bête. Avec mes cris d'enfant qui ne débordent plus. Je fais ce que je peux. Dans ce petit bain de cruauté et de lumière. Dans les éclats de verres et de mensonge. Dans la délicatesse. Dans la violence du temps qui piétine nos rêves. Dans nos petits pataugements précieux. Un matin après l'autre. Un oubli après l'autre. Un mot sur le suivant. Je fais comme tout le monde. Avec le ciel et sans les dieux."
Merci Jake !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Administrateur

avatar

PROFIL
Nombre de messages : 2091
Nombre de messages RP : 357
Date d'inscription : 29/08/2014
Age : 20
Localisation : Dans un carton.

RPG
Fiche de personnage
Chambre: J'vis à Inazami.
Études/Classe/Profession: Tueur à gages. ♥
Ma boîte à RPs:

MessageSujet: Re: Elisabeth Jacobs | Membre du Personnel   Dim 18 Juin 2017 - 21:30

Bonsoir toi ! Petit message succinct concernant les modifications autorisées ou pas ; lis bien ce qui suit ! ♥️

Déjà, si tu t'intéresses à Elisabeth, et bien d'abord laisse-moi te dire que je suis ravi qu'elle te plaise. Son nom, prénom et apparence sont modifiables, car comme elle n'est liée à personne, il est inutile de t'encombrer d'exigences superflues. Toutefois, si les informations de bases te conviennent, tu peux bien entendu tout garder tel quel !

Son agoraphobie peut être atténuée, à toi de voir si tu veux que ça soit handicapant pour elle au quotidien, ou bien que tu mettes davantage l'accent sur sa timidité, sans que ça ne l'invalide dans ses déplacements par exemple.

Son histoire est modifiable, tu peux ajouter des détails ou bien donner une autre raison à son agoraphobie, décrire une mauvaise expérience qui en aurait alors découlé une grande timidité, ou bien alors modifier la relation qu'elle entretient avec ses parents ; leur donner une justification à ce délaissement histoire de retirer ce petit côté cliché, que j'ai volontairement conservé. BREF. Tu fais coooomme tu le sens.

Si tu veux un lien particulier, mes personnages sont à ta disposition ! J'ai Logan, un misanthrope très solitaire, ils auront un point commun de taille vu que tous deux ont grandi en s'assumant seuls,  et ont ce rapport à l'abandon un peu spécial vu qu'ils ont été délaissés (lui est carrément orphelin en fait xD). Lui n'est pas agoraphobe mais misanthrope, disons qu'il s'est protégé différemment de ce "traumatisme", du coup un lien à partir de cette base-là pourrait être intéressant, sympa à développer en RP.
Bon après j'ai Hayden, il est psychiatre donc il pourrait prendre en charge sa phobie, suivre son traitement et l'accompagner dans sa thérapie. xD

Voilà voilà ! Si le personnage te plaît, n'hésite pas à nous rejoindre !

~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~

mon coeur est passé sous le métro. #384C83 " Je fais ce que je peux. Avec mes silences et le reste. Avec mes peurs de bête. Avec mes cris d'enfant qui ne débordent plus. Je fais ce que je peux. Dans ce petit bain de cruauté et de lumière. Dans les éclats de verres et de mensonge. Dans la délicatesse. Dans la violence du temps qui piétine nos rêves. Dans nos petits pataugements précieux. Un matin après l'autre. Un oubli après l'autre. Un mot sur le suivant. Je fais comme tout le monde. Avec le ciel et sans les dieux."
Merci Jake !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
Elisabeth Jacobs | Membre du Personnel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amai Gakuen  :: Préambule :: Présentation du personnage :: Prédéfinis-
Sauter vers: