Niveau de rp correct exigé. /!\

Partagez | 
 

 Loreleï Miller | Universitaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Nombre de messages : 390
Nombre de messages RP : 51
Date d'inscription : 15/09/2015
Age : 27
Localisation : Nulle part.

Fiche de personnage
Chambre: Réside dans un appartement.
Études/Classe/Profession: Psychiatre.
Ma boîte à RPs:
MessageSujet: Loreleï Miller | Universitaires   Lun 26 Sep 2016 - 18:41


Miller Loreleï


« Hors normes. »


Informations



Avatar du prédéfini

Nom ;

Miller.

Prénom(s) ;

Loreleï.

Âge et date de naissance ;

23 ans - 14 Août.

Origine ;

USA ; Alaskaine.

Orientation sexuelle ;

Indéfini.

Signe particulier ;

Ses cheveux bleus.

Etudes ;

Universitaire ; Astronomie.

Club (uniquement lycéen ou étudiant) ;

Aucun.

Avatar ;

Original.

Disponibilité ;

Libre.


Icône du prédéfiniIcône du prédéfiniIcône du prédéfini


Physique & caractère



Loreleï c'est d'abord l'Ostentatoire, le Provoquant, l'Affriolant. Sa démarche, son être, son tout suscite l'intarissable soif de connaître, toujours un peu plus, ce qui agite ainsi ses longs cils noirs déployés élégamment, et ses yeux bleus électriques si joliment taillés dans leur alcôve sphérique. Loreleï c'est aussi cette présence qui dérange, qui choque, heurte, marque les esprits et les imprègne de son bleu si captivant, si propre à elle.

Dégaine de rebelle, avec sa démarche je-m’en-foutiste et son corps légèrement penché dans une posture trop décontractée, la future astronome n’est pas pourtant à ranger dans le panier de ces jeunes adultes aux fausses allures marginales. Pas de piercings, ni de grosses bottes pour souligner sa différence, et la minette cracherait presque sur ces codes vestimentaires propres à une manière de penser. De larges chemises à carreaux pour avoir l’air d’une rockeuse ? Colliers, bandanas, jeans déchirés ? Loreleï n’a pas besoin de tels artifices pour écraser les autres de son tempérament tempétueux et affreusement anticonformiste. Son regard suffit.

Dans les transports en commun, c’est cette fille, avachie contre la rampe bordant la fenêtre, son casque vissé aux oreilles et sa veste en cuir marron glissant négligemment de l’une de ses épaules, emporté par l’élan de son sac à dos à moitié vide. Oui, c’est cette fille, avec sa couleur de cheveux atypique et son regard mélancolique, qui a choqué la vieille assise à côté parce qu’elle ne se tenait pas droite et qu’elle a fait un doigt d’honneur aux contrôleurs de l’arrêt d’en face.

Loreleï mesure un mètre soixante-douze pour une soixantaine de kilos. Elle n’a pas de formes pulpeuses mais sa silhouette n’a rien à envier à ces femmes-là car, fine et sportive, son corps est tonique, ferme, musclé même. Sa peau revêt la couleur des poupées de porcelaine, faisant ainsi ressortir ses lèvres joliment dessinées et qui possèdent naturellement cette teinte si rose, presque rougeâtre. Elle aime souligner son regard de saphir d’un trait de liner et l’accentuer grâce à une touche de mascara, mais ce sont là les seuls artifices qu’elle s’octroie. Pas de bijoux, de tatouages, uniquement elle et sa chevelure bleue, fruit d’un brin de folie. Autrement, ses cheveux, mi-longs et épais, agencés le plus souvent dans une raie sur le côté, sont bruns. La jeune femme a adopté le bleu il y a quelques années et, satisfaite de cette couleur lui correspondant totalement, n’a plus jamais eu l’idée d’en changer.

Son style vestimentaire est simple. Loreleï affectionne les sweats à motifs, débardeurs basiques et jeans sobres ; pulls foncés et panoplie de vestes en cuir. Elle porte toutes sortes de chaussures, sauf à talons. Ainsi, les baskets, bottines, bottes, cuissardes peuvent venir s’ajouter à sa tenue, mais elle se contente la plupart du temps d’une paire de chaussures de sport confortables, pratiques pour courir, ce qu’elle fait souvent.

~ ~ ~

Elle est survoltée, notre Loreleï. Pétillante, exaltante, c’est une vague de joie de vivre et de détermination, un déferlement de Vie grisant qui s’abat sur les autres pour les enivrer, les électriser. Les noyer dans une frénésie irrévocable, de fiévreuse allégresse, les emporter avec elle et leur insuffler ainsi l’espoir et l’ardeur dont elle déborde. Loreleï veut vivre vite, sans crainte, sans limites et sans contraintes. Elle sait bien que le temps joue contre elle, que la maladie va finir par l’emporter et qu’il faut s’emparer des sabliers pour défier les heures et les années. Ce que la jeune femme recherche, c’est le frisson du danger et de la découverte, l’émoi des choses simples ou des expériences uniques, c’est sentir son cœur devenir hystérique et c’est ressentir toute l’adrénaline fusant dans son corps, dans la moindre parcelle d’elle et de son âme. Elle est insouciante, émouvante, attachante, et son sourire si humble et profondément sincère touche autrui en plein cœur. Le bord de ses yeux qui se plissent dans une moue heureuse, son regard aux abysses de mélancolie et ses éclats de rire gonflés de joie suffisent à briser la carapace de ceux qui l’entourent.

Cette candeur si bouleversante ne l’empêche pas d’avoir ses petits défauts, néanmoins ; car Loreleï vit dans le risque perpétuel, ne supportant pas tout ce qui pourrait entraver sa liberté d’agir et de penser. Ainsi, elle se fiche bien des lois qui régissent la société. Elle manque de savoir-vivre, de politesse, vole parfois dans les marchés ou les magasins, insulte la police et même quiconque osant critiquer ce qu’elle est ou ce qu’elle fait. Souvent vulgaire, les bras d’honneur ou autres délicates expressions sont récurrents chez elle, sans compter sa franchise massacrante et son entêtement à toute épreuve. Malgré cela, elle est quelqu’un de mature et réfléchit en adulte ; vous ne la verrez jamais bouder ou faire la tête. Dans un dialogue, elle va au bout de la confrontation, quitte à provoquer des étincelles ou un brasier, et si l’autre se braque ou la blesse, elle reviendra le voir pour discuter de manière plus posée. Car elle est empathique, Loreleï, consciente des autres et de leurs sentiments, des convictions qui les animent et qu’il est si compliqué d’ébranler avec indolence.

Elle est aussi rêveuse, toujours la tête dans les nuages, à s’imaginer de folles aventures dans des contrées extraordinaires. Elle rêve de l’infini, de l’impossible, et voue un intérêt sans limites à l’univers, au-delà de la Terre. Les étoiles, les planètes, Loreleï connaît un grand nombre de constellations, c’est sa passion première, passion qu’elle étudie assidûment à l’université.

En bref, Loreleï est une jeune femme pleine de vie et qui la croque à pleines dents, vivant au jour le jour et à cent à l’heure, recherchant le nouveau, l’émerveillement, à avoir le souffle coupé, être ébahie, heureuse, bouche bée... Avide de tout voir, tout savoir, tout ressentir, vite, avant que la réalité ne la rattrape.



Histoire



Loreleï naquit en Alaska, et y passa les dix premières années de sa vie. Issue d'une famille aux ressources moyennes, la jeune fille verra, un peu plus tard, naître son petit frère et tout ce petit monde devra alors se serrer la ceinture, pour pouvoir subvenir aux besoins de chacun.

La mère de Loreleï, atteinte de la maladie de Huntington, verra alors les symptômes progresser ; contraignant le reste de la famille à quitter l'Alaska pour Chicago, plus proche et accessible de l'hôpital fournissant soins et essais cliniques. La jeune fille entrera donc dans une nouvelle école, mais ne s'investira que peu dans ses études : rien ne semblait vraiment l'intéresser, et l'état de sa très chère mère qui continuait à se dégrader un peu plus, inexorablement, ne l'encourageait guère à s'investir autre part que dans les tâches familiales.

Très vite, les médecins devront hospitaliser la mère qui, maintenant dépourvue d'autonomie, ne représentait plus qu'un danger pour elle-même. Loreleï vivra très mal cette séparation avec sa génitrice, tout à fait consciente, malgré son jeune âge, que le début de la fin était dorénavant enclenché pour celle qui l'avait mis au monde. La voir ainsi, dans un hôpital, sans pouvoir profiter du temps qu'il lui restait à vivre la faisait tellement souffrir que la jeune fille, à ce stade âgée de 14 ans, décida de vivre pour elle. Tout ce que sa mère aurait voulu faire, Loreleï le fera. Testant une ribambelle de sports, goûtant les plats les plus loufoques, touchant à tous les instruments de musique... avide de tout, elle devint vite incontrôlable. Mauvaise fréquentation, soif d'adrénaline, de défiance, de danger, de sensations tout simplement, l'adolescente en oubliera même l'état de sa mère, heureuse dans son tourbillon de vie.

Ce n'est qu'à la fin du lycée que la nouvelle tomba, prévisible mais tout de même douloureuse : Loreleï était atteinte de la même maladie que sa mère. Comme elle, ses sens la quitteront, son autonomie disparaîtra, elle mourra peut-être, sans doute, qui sait... S'en suivit de longs mois sombres, plongée dans une dépression intense accentuée par la mort de sa mère, où la jeune femme ne semblait plus avoir le courage de vivre.

Son père et son frère décidèrent de partir pour le Japon. Les essais cliniques étaient prometteurs là-bas, et ils espéraient ainsi ralentir la progression de cette maladie dégénérative.

Ce n'est que deux ans plus tard, à 20 ans, que Loreleï parvint à se défaire de cette dépression qui l'avait suivi jusqu'à Kobe. Inscrite à Amai, dans des études d'astronomie, la jeune femme ne savait toujours pas quel métier elle désirait exercer, mais peu lui importait. Elle aimait bien étudier, et espérait emmagasiner tout ce savoir pendant encore des années. Ensuite, elle avisera.

Aujourd'hui, Loreleï a fait une liste de toutes les choses qu'elle voudrait absolument faire avant de sombrer comme sa mère. Et en attendant de pouvoir toutes les réaliser, elle vit sa vie comme si chaque jour était le dernier.


~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~


« Tu me crois la marée et je suis le déluge. »
Ma folie douce s'exprime en #138D58.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nombre de messages : 390
Nombre de messages RP : 51
Date d'inscription : 15/09/2015
Age : 27
Localisation : Nulle part.

Fiche de personnage
Chambre: Réside dans un appartement.
Études/Classe/Profession: Psychiatre.
Ma boîte à RPs:
MessageSujet: Re: Loreleï Miller | Universitaires   Lun 26 Sep 2016 - 18:45

Ben alors mon coco, Loreleï te plaît, tu aimerais bien la jouer ? Et bien d'abord laisse-moi te dire que je suis ravi que ce petit bout de femme t'intéresse, car c'est un personnage vraiment tout en nuance que j'aurais a-do-ré jouer, si seulement je n'avais pas ce blocage pour incarner des minettes. Mais, mais. Tu n'es certainement pas là pour que je te raconte ma vie. Alors faisons bref. ♥

► Le prénom, le nom... Tu peux modifier. J'hésitais avec Lauren, aussi, donc si ce prénom te convient mieux n'hésite pas à le prendre.

► Pour l'avatar, et bien l'actuel est une idée approximative de comment je m'imagine Loreleï, sans compter le fait que je ne connais pas l'artiste, donc niveau ressources on est sur du très limité... Du coup, libre à toi de modifier ledit avatar, de choisir quelque chose qui te conviendrait mieux, tant qu'on reste dans l'esprit de son caractère, tu vois.

► Âge, date de naissance... Tu peux changer à ta guise. Par contre si tu choisis l'option "Je veux un lien de départ sinon c'pas cool", ce serait bien de ne pas la faire excéder 23 ans, compte tenu de ce que je vais te proposer plus bas.

► Son caractère, dis-toi bien que c'est une ébauche. Que tu peux rajouter une infinité de nuances, de qualités, de défauts, de phobies, de tics, d'habitudes, de fantasmes bref ! Loreleï est à toi. Moi, je n'ai fait qu'écrire un peu les grandes lignes de sa personnalité, mais le reste c'est tout pour toi. ♥

► Pour le physique, idem, hein. Tu peux rajouter une cicatrice, ou même un tatouage ! Elle a peut-être eu envie de faire un hommage à sa mère en l'encrant dans sa peau, qui sait.

► Pour l'histoire, c'est vraiment... libre. A fond les ballons. J'ai été très vague, je n'ai pas développé la relation que Loreleï avait avec son père, sa mère, son frère... Tu peux modifier à ta guise, vraiment. Éclate-toi.  

ENSUITE.
Tu as sans doute remarqué que Loreleï n'a ni de lien, ni d'histoire commune avec un membre du forum. Je sais que prendre un prédéfini sans liens... prédéfinis du coup, peut perdre de son intérêt, donc voilà ce que je te propose. Loreleï peut sans problème être liée à un de mes personnages, Hayden ou Logan. :'3

Logiquement, j'aurais tendance à te proposer Hayden. Il est psy, et lui aussi à ce rapport à la maladie dégénérative car sa mère était également malade. Comme elle, il risque de devenir schizophrène, parce que ça a l'air d'être sérieusement héréditaire dans sa famille. Mais lui, contrairement à Loreleï, il semble avoir baissé les bras. Il ne vit pas, il se contente d'exister, et ne fait que travailler. A partir de là, je vois un lien vraiment poignant entre eux deux. Elle pourrait essayer de le pousser à vivre, de lui ouvrir les yeux, et lui au contraire serait là en défaitiste, refusant son aide et lui répétant que ses convictions à elles ne servent à rien, etc etc. Ce sera pas un lien positif, ni négatif. Mais un lien bien vague et imprégné de mystère comme je les aime. Donc si t'es ok, tu t'inscris ici et on en parle en MP.

Alors viens nous rejoindre avec Loreleï, chou. Tu vas voir, on va s'éclater !    

~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~


« Tu me crois la marée et je suis le déluge. »
Ma folie douce s'exprime en #138D58.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Loreleï Miller | Universitaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amai Gakuen :: Les choses importantes~! :: Présentation du personnage :: Prédéfinis :: Prédéfinis pris-