Partagez | 
 

 Un film effrayant... Ou pas <Libre>

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité

Invité


PROFIL

RPG

MessageSujet: Re: Un film effrayant... Ou pas <Libre>   Ven 17 Mar 2017 - 21:18



Effrayant? Meh !
« J'ai rien pigé mais je suis sûr que c'était intéressant. »

Argh... Une si belle punchline... J'imagine que c'est le karma. Connard de karma. T'es sensé agir après la mort, pas pendant la vie ! Quelle époque mesdames et messieurs...
Je rigole un peu pendant que сахарная вата va aux toilettes à son tour. Je m’accroupis au niveau de son oreille, et dans un anglais quasi-parfait, je reprends ma phrase :

« Je disais que j'étais reconverti dans les dents. Je peux te donner un échantillon gratuit, mais pas sûr que ça te plaise. Donc je te propose de la fermer et d'apprécier ce décevant Paranormal Activity. Screamer ! »

Je l'ai prévenu hein. Une gueule de mec moche apparaît à l'écran en hurlant. Je sursaute à peine, c'était bien trop prévisible. 20 secondes qu'il ne se passait rien, avec une musique oppressante qui augmentait petit à petit de volume. Je me rassoie dans le fond de mon siège pendant que la femme à barbe revient, mais en se plaçant loin de notre type louche favori. Niko qui traite quelqu'un de type louche ? C'est l'hôpital qui se fout de la charité là ! Je sais, je t'emmerde.
À peine le premier screamer passé, un deuxième s'enchaîne. Le pauvre, je le plains. Il va finir par nous faire un AVC. J'observe ses réaction en rigolant assez peu fort pour qu'il m'entende sans que ça dérange les gens aux alentours. Non je cherche pas la merde ! Je veux juste voir comment il se débrouille à mains nues. Nuance. ...Peut-être qu'il est vrai que je prends du plaisir à le provoquer. Peut-être.
©Arenor Raxx

Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar

PROFIL
Nombre de messages : 1791
Nombre de messages RP : 288
Date d'inscription : 29/08/2014
Age : 19
Localisation : Dans un carton.

RPG
Fiche de personnage
Chambre: J'vis à Inazami.
Études/Classe/Profession: Tueur à gages. ♥
Ma boîte à RPs:

MessageSujet: Re: Un film effrayant... Ou pas <Libre>   Mar 21 Mar 2017 - 20:17

 
Mes yeux se baladent tranquillement sur l'écran qui me fait face, je regarde le film sans vraiment le voir et je suis si confortablement calé contre la barbe à papa que, lentement, la torpeur m'enveloppe, alourdissant peu à peu mes paupières. J'aurais pu m'endormir contre elle, j'vous jure. Au beau milieu d'un film d'horreur. Après tout, l'atmosphère s'y prête ; nous sommes plongés dans le noir et souvent sous le joug d'un silence pesant, instauré par les réalisateurs du film. Il n'y a que les têtes cheloues surgissant à l'écran pour me faire sursauter, me tirant de ma somnolence par à-coups réguliers.

Malheureusement pour moi et ma tranquillité, l'inconnue se lève, et ma tête finit sur l’accoudoir. Je suis littéralement affalé, comme le plus gros des porcs, sur un siège et demi. Voilà. Je me redresse mollement, en poussant un grognement désapprobateur, et entends le rire bêta du Russe de tout à l'heure. Vraisemblablement, il veut pas me lâcher. J'sais pas pourquoi, j'ai un don pour fasciner les gens, ils veulent pas me foutre la paix et se comportent tous comme des pots de colle. Je l'écoute donc qui traduit sa phrase, il me somme de la fermer, et son ordre passe à la trappe puisque… j'avais déjà arrêté de parler, en fait, sûrement désireux d'occuper mon temps autrement. Genre… En regardant le film pour lequel j'avais payé. Je lui réponds par un doigt d'honneur, la mine toujours aussi blasée, et pas du tout perturbé par ce screamer s'imposant à l'écran. Pour avoir peur et sursauter, faudrait que je puisse regarder cette projection sans me faire déranger par un teubé en manque de reconnaissance.

Le film se poursuit donc, et je sens que le dénouement final arrive. Tout comme barbe à papa, qui revient prendre place en gardant, cette fois, ses distances avec moi. Et bah, peut être qu'elle a enfin capté qu'avec ma gueule de voyou j'étais pas très net, comme type. T'sais, genre. Simple instinct de survie.

Alors que le temps passe, et que je fais face à ma phobie des fantômes sous les moqueries grotesques d'un gamin d'à priori 15 piges – j'ai nommé le Russe arracheur d'oreilles –, le film accueille soudain sa scène finale. C'est fou, quand même. J'peux tuer des gens de sang-froid, j'suis le mec le plus apathique du monde mais fous-moi devant un film qui parle de fantômes et ça y est. J'en mène pas large, mais genre pas du tout. J'ai peur de c'que je peux pas contrôler. Un meurtrier, un psychopathe, un gang à la con ça m'fait pas peur parce que c'est ancré dans la réalité. J'peux m'en charger tu vois, je gère la situation. A contrario, je déteste être confronté à l'idée qu'un truc puisse nous tourmenter sans qu'on puisse avoir une incidence dessus. Si on pouvait buter les fantômes (si tant est que ces merdes existent, ce dont, paradoxalement, je doute FORTEMENT) j'en flipperais pas autant. Peur irrationnelle, comme d'habitude.

Le film se termine sur un happy end et le jour qui se lève, le générique angoissant agresse maintenant nos oreilles tandis que la salle se retrouve baignée dans la lumière. Je m'étire, je bâille, je prends mon temps. J'observe les silhouettes qui se pressent vers la sortie, écoutant distraitement leurs chuchotements, petits débriefings du film qu'ils viennent de visionner. Et puis je me lève aussi, quittant la salle de cinéma sans un mot pour le gosse et la barbe à papa.

Une fois dehors, je m'adosse au mur et fouille la poche de mon jean pour en extirper un paquet de clopes. J'en prend une, la porte à mes lèvres et l'embrase avec mon zippo, rangeant le tout dans ladite poche. Je tire une taffe et regarde distraitement la fumée que mon inspiration a projetée, profitant d'une petite pause clope avant mon retour à Inazami.


HRP : J'me suis permis de faire avancer l'action, soit nos chemins se séparent ici, soit on continue le RP, mais comme il traînait et après la suppression de Camille, je me suis dit qu'il était judicieux de faire un p'tit peu avancer les choses. ♥

~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~

mon coeur est passé sous le métro. #384C83 " Je fais ce que je peux. Avec mes silences et le reste. Avec mes peurs de bête. Avec mes cris d'enfant qui ne débordent plus. Je fais ce que je peux. Dans ce petit bain de cruauté et de lumière. Dans les éclats de verres et de mensonge. Dans la délicatesse. Dans la violence du temps qui piétine nos rêves. Dans nos petits pataugements précieux. Un matin après l'autre. Un oubli après l'autre. Un mot sur le suivant. Je fais comme tout le monde. Avec le ciel et sans les dieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PROFIL
Nombre de messages : 157
Nombre de messages RP : 29
Date d'inscription : 07/10/2016
Age : 18
Localisation : Blblblbl

RPG
Fiche de personnage
Chambre: 1B
Études/Classe/Profession: Troisième année
Ma boîte à RPs:

MessageSujet: Re: Un film effrayant... Ou pas <Libre>   Dim 26 Mar 2017 - 19:39

Le film commençait à devenir un petit peu chiant. Je ne me trouve pas une excuse pour faire croire que je suis une femme forte, mais c'est juste que je me lasse de me prendre le même screameur 5 fois d'affiler. Je posa mon coude sur l'accoudoir et laissa tomber ma tête dans ma main. Je m'ennuie. Même si je ne vais pas cacher que j'ai peut-être sursauté deux ou trois fois.

Je me rappela que j'avais un paquet de bonbons que je devais absolument terminer dans mon sac. Je le saisis, et me rendis compte qu'il ne restait que deux bonbons. J'ai sûrement dû tout manger pendant le chemin pour arriver jusqu'ici. Ma gourmandise me tuera un jour. J'haussa les épaules et pris les deux Tagada pour les avaler en une bouchée.

Une vingtaine de minutes plus tard, le film se termina et la lumière fut. Je me leva de ma chaise pour étirer mes bras, puis, je mis ma veste et pris mon sac, pour me diriger vers la sortie. En attendant que tout le monde aient fini de se bousculer, je m'empara de mon téléphone et je me mis à jouer à candy crush. Mais le temps passa trop vite, et tout le monde étaientt déjà partie. En deux minutes. C'est un record. Et moi qui pensais qu'ils allaient prendre plus de temps, j'aurais pu jouer encore un peu...

Je m'empressa vers la sortie de la salle et me dépêcha de sortir de ce cinéma infesté de monde. Faut dire que le monde extérieur ne me dit plus grand chose. En sortant, ma vue fut brouiller par un écran de fumée. Je me tourna vers la source de celle-ci et je me rendis compte monsieur-je-m'endort-sur-toi en était la cause. A la lumière, je dirais qu'il est plutôt pas mal... Mais il n'en est pas moins qu'il me donne une mauvaise impression. Je me colla contre le même mur, à quelques centimètres de lui, sans lui dire un mot, puis, je sortie mon portable, en faisant un récapitulatif de cette petite sortie dans ma tête : Un mec qui arrache des oreilles, de ce que j'ai compris, et un gars pas mal, mais pas vraiment gêner pour presque s'affaler sûr moi. Autant dire que je me suis fais chier...

HRP : T'as bien fait, je ne voulais pas qu ce rp traîne trop, mais je ne savais pas comment faire :/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Administrateur

avatar

PROFIL
Nombre de messages : 1791
Nombre de messages RP : 288
Date d'inscription : 29/08/2014
Age : 19
Localisation : Dans un carton.

RPG
Fiche de personnage
Chambre: J'vis à Inazami.
Études/Classe/Profession: Tueur à gages. ♥
Ma boîte à RPs:

MessageSujet: Re: Un film effrayant... Ou pas <Libre>   Mer 31 Mai 2017 - 20:25

La sensation grisante des particules de mort infilitrant mes poumons me fait un bien fou. C'est paradoxal, curieux, et ça ressemble presque à une pulsion masochiste, propre à l'homme qui cultive un intérêt malsain pour les plaisirs mortels. Mes lèvres se pressent autour de la cigarette, jouent distraitement avec ce cylindre embrasé, tandis que mon regard apathique se traine çà et là parmi la foule et les silhouettes moroses. L'estampe est sidérante d'ennui, affolante de lassitude et j'observe sans vraiment voir le spectacle d'une vie qui se déroule, insipide. Inexorablement.

J'ai voulu meubler ma journée et faire comme si je faisais partie de cet amas de personnes semblables, de citoyens exemplaires. J'ai voulu m'affranchir de ce que j'étais pour me plonger dans un quotidien neutre et bancal, un quotidien ennuyant aux côtés d'ados attardés et de morceaux de barbe à papa. Force est de constater que c'est pas fait pour moi. Sérieusement, le film était à chier et comme si ça suffisait pas, j'ai dû me farcir ce Russe à la con désireux d'attirer l'attention de ses congénères. Où que j'aille, y'a toujours une bande de tocards pour venir me les briser sévère, aucune de ces larves ne daignent me foutre la paix et dieu sait que je hais les humains. Moi y compris, sinon c'pas drôle. Mais dans le lot c'est moi qui joue le mauvais rôle. Vilain garçon, criminel et pauvre con. Perdu dans un présent que je ne contrôle pas, déambulant dans un district minable pour espérer sentir une foutue sensation parcourir mes synapses. Mais rien, rien. On m'a tout retiré.

Je croise le regard de la barbe-à-papa, qui accessoirement, m'a servi d'accoudoir pendant une bonne partie de la projection. Je pourrais, je sais pas... lui parler du film, engager la conversation ? Faire un effort, pour une fois dans ma vie de merde ? Rien à faire, mes lèvres restent coincées autour de ma clope qui s'embrase trop vite, la cendre tombe à mes pieds, et moi je la regarde sans discontinuer. La fixant, la détaillant affreusement, les yeux vides, dénués d'émotion. Juste... du bleu qui stagne, un néant poisseux nageant au fond de mes iris.

Et puis je soupire, recrachant la fumée dans ce même souffle fébrile, alors que ma main lâche le mégot consumé. La semelle de ma ranger vient écraser la cigarette, l'aplatissant contre le bitume, au milieu des japonais choqués de mon manque de bienséance. Sans aucun regard pour eux, je replace ma capuche sur ma tête, et m'engouffre parmi la foule grouillant dans le centre ville. J'oublierai vite ce film sans intérêt et ces visages si éphémères que ma conscience a heurté.

- Fin -

~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~

mon coeur est passé sous le métro. #384C83 " Je fais ce que je peux. Avec mes silences et le reste. Avec mes peurs de bête. Avec mes cris d'enfant qui ne débordent plus. Je fais ce que je peux. Dans ce petit bain de cruauté et de lumière. Dans les éclats de verres et de mensonge. Dans la délicatesse. Dans la violence du temps qui piétine nos rêves. Dans nos petits pataugements précieux. Un matin après l'autre. Un oubli après l'autre. Un mot sur le suivant. Je fais comme tout le monde. Avec le ciel et sans les dieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



PROFIL

RPG

MessageSujet: Re: Un film effrayant... Ou pas <Libre>   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un film effrayant... Ou pas <Libre>
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amai Gakuen :: Le coin détente :: RPs 2017-
Sauter vers: