Partagez | 
 

 J'ai une gueule à danser? [PV Perry Laurents]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

PROFIL
Nombre de messages : 21
Nombre de messages RP : 7
Date d'inscription : 08/02/2017

RPG
Fiche de personnage
Chambre: 1B avec Anju Mishima
Études/Classe/Profession: Universitaire en droit
Ma boîte à RPs:

MessageSujet: J'ai une gueule à danser? [PV Perry Laurents]   Mer 15 Fév 2017 - 18:13







 J'ai une gueule à danser? [Perry Laurents]




Je la détestais. De toute mon âme, du fin fond de mon cœur, je méprisais cette foutue vieille. Ouais, il paraît que c'est ma grand-mère et tout ce qui va avec. Mais là, maintenant. Je l'exécrais. Non parce qu'attendez, je vous explique. Je ne suis pas foncièrement le genre de personne à détester sans raison. Soit il y a une notion d'instinct pour lequel j'avoue ne pas prendre le temps de l'expliquer. Soit il y a une raison derrière. Et là, en l’occurrence et en oubliant le fait que chaque pore de ma peau m'avait envahit d'un mauvais pressentiment lors de notre rencontre, j'estime que le fait de m'inscrire à un putain de bal, sans m'en parler avec autant de trucs relous... Bah ça mérite une haine viscérale.

Un jour je la tuerais. Oh ouais... ça va être bien...

Non vous avez pas pigé ? Ah putain... Bon, j'vous la refais. 14 février, ça vous évoque quoi ? Ouais voilà. La Saint Valentin. Je vais passer sur le fait que je trouvais – et trouve toujours – cette fête d'une stupidité sans nom mais ça vous donne une idée de ce que j'en pense.

Duuuuuuu coup. Lorsque je suis arrivée, j'ai d'abord rencontré Evan. Et c'était plutôt cool. Ensuite... J'ai eu l'extrême joie de voir que la génitrice de ma propre génitrice m'avait inscrite dans ce foutu bal qui allait m'emmerder. Bon, rendons à César ce qui est à César, elle avait bien fait – de son point de vue – de me faire livrer chaussure, robe et tout le tralala pour que je ne me désiste pas. Sinon, je sais que je l'aurais fait. Déjà que sans ça, j'ai passé plusieurs longues minutes à observer la robe asiatique qu'elle m'a envoyé. Et j'ai fini par prendre une douche. Le genre de douche qui dure longtemps et sous laquelle on souhaite crever pour avoir une bonne raison de pas faire ce que l'on doit faire.

Même si, techniquement, je ne devais rien à personne... Je ne suis pas le genre de femme à fuir devant des responsabilités, aussi stupides soient ces dernières. J'ai donc fini par enfilé cette foutue robe aux teintes rosacées et rougeâtres, aux pointes de beige et à l'allure... délicate. Bordel. Si mes parents me voyaient.... Non. Mais pas mes parents. Mon père surtout. Lui, je pouvais l'imaginer en train de se marrer à m'en vexer. Enfin... Père c'était père... Et j'ai fait les choses bien. Quitte à être déguisée, autant l'être complètement. J'ai recouvert mes pieds de petits escarpins – vous saviez que c'était une horreur et pour la plante des pieds et pour le talon d'Achille. Et je ne parlerais même pas de la déformation de la colonne vertébrale et des effets que cela peut avoir à long terme. Ces objets sont des objets du Diable, rien de féminin. Une sorte de torture approuvée par tous. L'horreur.

J'ai passé l'heure suivante à tenter de dresser ma crinière, y arrivant après une longue bataille qui a pas mal aidé par le fait que mes cheveux aient été mouillé. Ça et le pic à cheveux. Enfin... Le maquillage. Après les talons et les vêtements qui servent à t'empêcher de bouger et/ou de respirer, je pense que c'est un foutu combo pour avoir la peau des femmes. Non sérieusement. Qui aime mettre tout ça, tous les jours juste pour le plaisir de se sentir belle ? C'est débile. Je préfère avoir l'air moche mais libre qu'enfermée et superficiellement belle. D'ailleurs, pour ce que j'ai mis... Mascara, crayon noir, rouge à lèvres, un coup de parfum. La seule chose pour laquelle je n'ai pas mis des masses de temps – une question d'habitude – c'est le fameux cœur sur la pommette qui me caractérise tant. Juste avant de partir et de recouvrir mes épaules d'une... écharpe méga longue et légère dont l'utilité me dépassait quelque peu, j'ai pris le temps d'attacher à ma cuisse le couteau pris au Cachalot quelques jours plus tôt. Non parce que bon. Me déguiser soit. Paraître faible ok. Le tout sans arme ? Hors de question.

J'ai caché mon visage avec un masque en porcelaine sicilien, couvrant l'intégralité de mon visage hors regard et j'ai embarqué dans mon sac à main le cadeau pour mon « partenaire » de soirée. J'espérais qu'il n'étais pas trop idiot. Sinon, la soirée allait très rapidement se conclure... Mes pas m'ont dirigé vers le gymnase, entendant les gens parler et s'extasier, rire et débattre. Je n'étais pas arrivée que je voulais déjà repartir. Je ne connaissais rien de mon partenaire, je ne savais même pas si c'était un homme ou une femme. Je n'avais pas son nom – ce qui paraît logique vu qu'on est masqué... Mais bon. « Nous verrons bien » me disais-je.

Entrant, ignorant les senteurs et les voix qui fusaient, je me suis posée dans un coin, celui où il y avait le moins de monde possible. Et j'ai croisé les bras en attendant le gens qui était censé passer la soirée avec moi.



© Jawilsia sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PROFIL
Nombre de messages : 14
Nombre de messages RP : 2
Date d'inscription : 04/02/2017

RPG

MessageSujet: Re: J'ai une gueule à danser? [PV Perry Laurents]   Jeu 16 Fév 2017 - 11:04

La soirée allait être horrible. Pourquoi s'était-il inscrit? Pour passer le temps, en quelque sorte. Et puis pour une fois ça lui fera une petite sortie, surtout que ces derniers temps il ne se le permet pas trop, merci les études.

Ce soir il s'habillera tout de même bien mieux que ses t-shirts et autres gilets. Il avait prévu pour le coup un costume noir et blanc, domptant aussi sa crinière pour une fois. C'était incroyable de la voir tenir en place, surtout pour un ou une inconnu(e).

Son reflet dans le miroir avait l'air de le narguer, de lui dire "pourquoi tu prends pas soins de toi au quotidien ?" mais aussi, "pourquoi ne plus faire de sport?". Non pas qu'il avait reprit du poids ou autre, il restait tout de même musclé mais à part le hockey, il n'avait rien trouvé d'autre qui le motivait.

Plus il se regardait moins il était motivé, alors il decida de ne plus croiser de miroir, peu importe que ses cheveux ou sa tenue ne soient plus "parfait". En plus de ne pas se sentir prêt il avait l'air abattu. Pas qu'il n'était pas à la hauteur, au contraire, mais était-ce le cas pour cette fameuse Kaede?

Et puis le cadeau, il reposait sur son lit tranquillement. Une boîte parfaitement emballée, au ruban travaillé, mais pourtant bien remplie. Évidemment elle n'était pas vide, contenant toute la rage de Perry envers cette soirée finalement et peut-être même contre l'humanité toute entière mais aussi et surtout un véritable cadeau.

Une soirée peut-être perdue avec une inconnue ou alors rencontrer quelqu'un d'exceptionnel? Perry penchait plus pour la première option, bizarrement.

L'heure tournait, chaque secondes avant l'heure étant une longue agonie il sortit un peu plus tôt que prévu, le petit cadeaux à la main. Il avait l'air d'être le Valentin parfait en apparence, marchant d'un pas sur de lui, dégageant tout ceux devant lui, en incendiant certains au passage. Heureusement que son visage était caché par un masque, même s'il s'agissait du plus banal qu'il avait trouvé. Après tout il n'allait pas se ruiner pour une soirée pareille.

Une fois arrivé devant le gymnase il eut envie de se tirer une balle dans la tête, comme ça, une simple pulsion. Il espérait au fond de lui que la personne qui lui était attitré ne serait pas présente, juste pour pouvoir retourner réviser, parce que lorsqu'il vit la foule il fut terriblement dégoûté. Des danses par-ci, des baisés des plus langoureux par-là et même une séance de "touche touche" dans un coin. Il se retint de régurgiter son repas de midi, ce serait du gâchis de faire ça à un pauvre sandwich et puis ce serait leur accorder trop d'importance. Au lieu de ça Perry se lança à la recherche de sa compagne d'un soir, ayant cependant noté la décoration plus que cucul pour le gymnase. Des banderoles avec des cœurs, l'orchestre assommant ses tympan mais aussi la lumière les plongeant dans une ambiance légèrement tamisée. En fait, c'était le cliché même du bal de la saint Valentin, sauf que lui, au lieu d'être l'homme parfait il restait celui de tout les jours, se sentant même à la limite du mal à l'aise en costume. Dommage pour lui il avait oublié son paquet de cigarettes sans sa chambre, donc aucun moyen de décompresser autre que l'alcool ou une bonne grosse réplique visant à insulter sa "partenaire". D'ailleurs parlons-en d'elle, elle était introuvable dans ce ramassis d'hormones en ébullition. Il était donc temps d'utiliser la technique du "je longe les murs comme un lézard" afin de la trouver.

Il partit donc vers la droite, évitant ainsi la piste de dance pour tout ceux qui étaient déjà là, apparemment depuis un moment. Sur le coup il n'avait pas tilter mais en y repensant, c'est pas lui qui pensait partir en avance? Il regarda rapidement l'heure sur son portable, soupirant ensuite longuement. Il avait juste omit le fait que la soirée débutait une demie heure plus tôt que ce qu'il s'était fixé au début. Super.  Bon tant pis, il n'avait toujours pas trouvé sa belle alors il devait s'y remettre.

Au bout de cinq minutes il remarqua une jeune femme, adossée contre le mur, toute seule. OK, ça devait être elle.
Perry s'approcha, paquet à la main et une fois près d'elle, il débuta l'une de ses longues tirades afin de débuter la soirée en beauté.

« Je suppose que, vu que tu es toute seule, tu dois être ma "Valentine" si je peux me permettre. Alors je sais que je suis en retard, pas la peine de me le reprocher pendant trente ans. Du coup, comme les règles nous y obligent.. » Il lui tendit le paquet. « Tiens. »

On aurait pu croire qu'il avait oublié le "joyeuse saint Valentin" mais non. Il ne ressentait pas l'utilité de le dire.
Son cadeau, en plus d'être bien emballé était simplement.. Une bouteille de whisky.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PROFIL
Nombre de messages : 21
Nombre de messages RP : 7
Date d'inscription : 08/02/2017

RPG
Fiche de personnage
Chambre: 1B avec Anju Mishima
Études/Classe/Profession: Universitaire en droit
Ma boîte à RPs:

MessageSujet: Re: J'ai une gueule à danser? [PV Perry Laurents]   Lun 20 Fév 2017 - 0:46







 J'ai une gueule à danser? [Perry Laurents]




L'ennui me prenait. C'était attendu, évident même. J'étais quelque peu surprise de voir qu'il avait mit si longtemps à venir. Mais il était là. Comme un vieil ami qui ne voulait pas s'éloigner de moi. À mon plus grand regret... Je n'irais possiblement pas jusque-là. Ce n'était pas du dépit ou de l'amour que je ressentais... L'ennui était... Habituel. Peu de choses m'amusait réellement. J'étais... une poupée sans vie. Une sorte de marionnette qui pensait avoir le choix alors que j'avais pertinemment conscience de n'être rien. C'était déprimant. Alors... Me détachant du monde dans lequel je suis censée évoluer, j'en venais à ne pas aimer grand chose. Après tout... Tout était si fade...

Je regardais sans réellement les voir, les personnes autour de moi qui se laissaient aller à l'ambiance « festive » de l'instant. De mes yeux, c'était un théâtre fade et insipide. Pourquoi j'étais là déjà... ? Par fierté ? Ça valait de subir tout ça pour de la fierté mal placée ? Non sûrement pas... Je n'espérais qu'une chose. Une seule. Que mon « Valentin » ne vienne pas. Que j'ai une raison pour dégager de cette endroit hypocrite qui me révulsait. Mais non... Sinon ce ne serait pas drôle.

J'ai tenté de me souvenir du peu d'informations que l'on m'avait donné sur cette soirée. Si... Il y avait sûrement le nom de mon partenaire... Je l'avais complètement oublié... En même temps... On m'a fourni une pile de documents, je les avais à peine survolé. Comment voulez-vous que je me souvienne d'un nom sur une feuille semblable aux centaines que l'on m'a donné ? Terry non ? Un truc du genre... A moins que ce ne soit un autre nom que j'ai lu sur un autre papelard ? Rha... Ça m'emmerde.

« Je suppose que, vu que tu es seule, tu dois être ma "Valentine" si je peux me permettre. Alors je sais que je suis en retard, pas la peine de me le reprocher pendant trente ans »

Ma tête se relevait vers l'homme qui avait parlé. Hum ? Qui me veut quoi ? Un instant je détaillais sa tenue, sa posture, sa taille. Les convenances Kae... Les convenances... Bas les couilles des convenances. J'acceptais son cadeau, attendant les formalités « polies » d'usage avant de l'ouvrir devant lui.

- Pas grave. Peu m'importe ton retard, ça m'a permit de me faire une idée du genre d'enfer dans lequel j'ai atterri.

Alors oui, techniquement je suis censée lui faire une tirade comme quoi je suis arrivée il y a peu, que j'ai pas attendu et tout le tintouin. Déjà non, c'était faux. J'avais attendu et je ne prétendrais pas le contraire. Mais je n'avais pas menti. Retard ou non, je pouvais m'en contenter. J'aurais clairement préféré qu'il ne vienne pas. Bah, je ferais avec. Mes mains finissaient de déballer le cadeau, observant la bouteille. Je me laissais à sourire. Moi qui m'attendait à des chocolats ou un bijou à la con... Pas mal … Instinctivement, je l'ouvrais et la débouchais, relevant mon masque pour apporter le goulot à mon nez. Une longue inspiration plus tard, je refermais la bouteille en souriant.

- Merci pour le cadeau. Il a l'air bon. Tu en veux un verre ? Oh ! Avant que je zappe...

J'ouvrais mon sac à main pour lui tendre mon présent obligatoire. Des fioles. De petites fioles aux couleurs étranges, variant du rouge carmin au bleu ciel passant par l'émeraude ou le violine. Un petit mot rédigé de ma main ornait la boîte. « J'espère que tu aimes les poisons ». Et je n'avais pas honte. Moi, j'adorais créer des trucs et des bidules. Des poisons, des pastilles, des somnifères ou des choses du même type. Mais là... Je n'avais que pris des venins animaux ou végétaux et les avait bidouillé pour les rendre un poil plus violent. Rien de mortel. Je ne suis pas stupide à ce point... Si jamais le type en venait à vouloir ma mort, ce serait tellement idiot de mourir à cause d'un truc que j'ai créé...

Je le laissais l'ouvrir alors que mes pas me dirigeaient naturellement vers le buffet, attrapant deux verres. Les petits-fours avaient l'air bon cependant... le whisky allait largement mieux me plaire. Non pas que je n'avais pas faim... Ceci dit... Je voulais boire. Trop de rose, rouge et blanc, trop de baisers, de contacts physiques et d'amour simulé pour que je me puisse bien me sentir. Je nous ai servis deux verres, peu remplis, sec. Boit-on cet alcool autrement dans tous les cas ?

Revenant vers mon compagnon de la soirée, je lui tendis un verre, souriante. Je n'avais pas souhaité une bonne Saint-Valentin. Je n'étais pas une grand fan de cette fête à la con... Mais pas du tout une grande fan...



© Jawilsia sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PROFIL
Nombre de messages : 14
Nombre de messages RP : 2
Date d'inscription : 04/02/2017

RPG

MessageSujet: Re: J'ai une gueule à danser? [PV Perry Laurents]   Mer 1 Mar 2017 - 13:08

Elle accepta son cadeau sans broncher, ni même faire de remarques. Tant mieux. Il regarda encore quelques instant, pendant qu'elle lui répondait en restant parfaitement calme voir totalement blasée.

- Pas grave. Peu m'importe ton retard, ça m'a permit de me faire une idée du genre d'enfer dans lequel j'ai atterri.

Pas faux. Cet endroit lui donnait déjà la nausée. Ça attaquait tout les sens dans cette salle. Après ça elle découvrit son cadeau, vu son sourire elle semblait plutôt satisfaite et tant mieux. D'ailleurs sa proposition lui arracha son premier sourire de la soirée.

- Merci pour le cadeau. Il a l'air bon. Tu en veux un verre ? Oh ! Avant que je zappe...

Elle lui tendit quelque chose. Il mit un certain temps à comprendre. Du poison? Pas mal, sympa et utile à la fois. C'était, et de loin, le cadeau le plus original qu'il aurait pu reçevoir cette soirée. Les petites fioles étaient d'ailleurs assez esthétique, pouvant passer sans aucun mal pour de la décoration. Il les garda alors en main, ayant pas la place pour les ranger pour le moment. Peut-être que ce soir ça va bien se passer, finalement.

- Sympa le cadeau, j'aime bien. Et franchement je vais pas cracher sur un verre de whisky, sauf si on reste enfermé là.

Elle partit vers le buffet pendant qu'il avait observé son cadeau, revenant après avec les verres. Il en prit donc un, regardant le liquide quelques instants avant d'en boire une première gorgée. Ça lui avait un peu brûlé la gorge, mais rien de bien méchant. Il était d'ailleurs assez bon, ne regrettant pas de l'avoir prit si déjà il pouvait en profiter un peu.

- Dis... J'ai une petite idée, histoire de pimenter la soirée..

Il se rapprocha, murmurant à son oreille.

- Je suis pas du genre à aimer les petits couples mignon et tendre.. Ça te dirais de mettre du laxatif dans les boissons et sur leurs jolis petits fours? Après ça on pourra sortir, parce que mine de rien j'ai pas envie d'avoir affaire avec les conséquences directe du médicament... T'en penses quoi?

Et maintenant, la Valentine aux poisons avait le choix. Perry s'en fichait assez de si il passait pour un enfoiré ou même un gamin. Ce soir, c'était aussi sa soirée, non? Alors il comptait profiter, jusqu'au bout et à sa manière. Ça allait couper net l'ambiance romantique, et ça fera une petite animation plutôt sympathique, sauf pour l'odorat mais ça, c'était une autre histoire.




- HRP désolé de la petite taille de la réponse °^°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PROFIL
Nombre de messages : 21
Nombre de messages RP : 7
Date d'inscription : 08/02/2017

RPG
Fiche de personnage
Chambre: 1B avec Anju Mishima
Études/Classe/Profession: Universitaire en droit
Ma boîte à RPs:

MessageSujet: Re: J'ai une gueule à danser? [PV Perry Laurents]   Lun 6 Mar 2017 - 0:32







 J'ai une gueule à danser? [Perry Laurents]




Mine de rien, j'étais contente que mon cadeau plaise. Déjà parce que si je voulais avoir l'espoir de passer une bonne soirée, j'allais devoir faire un peu d'efforts. C'est tout du moins ce que je me disais. Mais non. Il a accepté les poisons comme d'autres avaient pu accepter des chocolats ou un foutu bracelet à la con. En lui donnant le verre, j'avais gardé mon sourire pendant que je le regardais boire. Je le suivis dans son geste, dégustant les arômes qui arrivèrent dans ma gorge, sous le roulement du liquide ambré que j'ingérais.

Je me laissais emporter par les fruits et les fleurs qui prirent mes sens, alternant entre amande et agrumes, muguet et le goût typique du liquide vieilli en fût de chêne. Je réprimais un frisson. Ce goût me rappelait les soirées avec mon père, passées à discuter longuement des affaires des Di Marzo. Souvent pour programmer quelques contrats qui devaient se chevaucher. Je revenais avec mon partenaire de la soirée, l'écoutant en haussant un sourcil. Une idée ? Pimenter... ? On croirait entendre un gamin qui s'extasie sur une future bêtise. C'est un peu touchant ceci dit.

Je me demandais depuis combien de temps n'avais-je pas eu le loisir de laisser l'enfant en moi décider. Depuis combien de temps je jouais à la « grande » ? Ma mémoire s'estompait sous ma demande de souvenir trop précis ou trop loin... Et lui, il me proposait calmement de ruiner leur soirée de Saint Valentin.

Ce n'était pas vraiment ce que j'aurais envisagé dans un premier temps. Mais à défaut de pouvoir faire autre chose... Je restais immobile quelques minutes. Je ne réfléchissais pas à ma réponse. Je réfléchissais à comment faire. C'est bien mignon de proposer ça. Mais je n'ai rien pour faire un laxatif aussi conséquent. Je ne sais pas comment on les introduirait et dans les liquides et dans/sur les petits fours. Il nous fallait quelque chose. Et sans repasser à l'appartement... Non. Même en y repassant. Je ne savais pas si j'aurais assez de matières pour faire autant... Possiblement si. Mais sans aucun doute j'annonce qu'à l'époque, je ne savais pas faire ce genre de chose en si peu de temps.

Mon visage se rapprochait du sien, chuchotant lentement mes questions.

- Tu dois avoir un plan en tête non ? Je suis partante mais je t'avoue que je n'ai rien pour faire cela. Aucun médicament, aucun produit quelconque. Hors ceux que je t'ai offert.

Je me tournais vers le buffet, observant le placement des boissons, des petits-fours, des invités. Je laissais mon regard mémoriser ce que je voyais, sans un mot, sans un son, juste de la mémorisation rapide. Revenant avec mon partenaire, oubliant la minute silencieuse qui venait de s'écouler, je me remis à sourire. Ou je continuais ? Je ne saurais dire si mon sourire s'est estompé un instant ou non ..

- Et je suis curieuse de savoir comment on va faire pour les mettre là-dedans ? Ceci étant, s'il faut faire ça pour qu'on dégage de cette fête hypocrite... Ça me va.

Je pourrais en profiter pour avoir du silence. Me changer. Reprendre mes vrais vêtements et me démaquiller... Lâcher mes cheveux... Je sentais mes orteils remuer dans mes escarpins. Oh ouais... Sentir mes baskets... Être à l'aise... Il me vendait du rêve ce jeune homme.

- Tant qu'on passe dans un endroit pour que j'arrête d'être déguisée... Tout m'ira. J'écoute tes idées...

Je me stoppais, me rendant compte que – bien que ce soit le but de la soirée – je ne connaissais pas le nom de mon partenaire. Je laissais ma main se tendre vers lui, paume au ciel.

- Au fait... Je m'appelle Kaede. Et toi, tu es ?



© Jawilsia sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



PROFIL

RPG

MessageSujet: Re: J'ai une gueule à danser? [PV Perry Laurents]   

Revenir en haut Aller en bas
 
J'ai une gueule à danser? [PV Perry Laurents]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amai Gakuen :: Le coin détente :: RPs 2017-
Sauter vers: