Partagez | 
 

 Mauvaise pioche ? - pv yumi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

PROFIL
Nombre de messages : 280
Nombre de messages RP : 92
Date d'inscription : 26/11/2014
Localisation : Dans les nuages.

RPG
Fiche de personnage
Chambre: 1A - Seul
Études/Classe/Profession: 2ème année de Médecine
Ma boîte à RPs:

MessageSujet: Mauvaise pioche ? - pv yumi   Mer 15 Fév 2017 - 18:19

Parvenir à repérer sa cavalière dans pareil océan de valentines potentielles, cela relevait du miracle. Et pourtant, cela n’avait pas l’air de gêner notre despote, qui, exceptionnellement, acceptait volontiers de se prêter à un jeu autre que le sien. Ce n’était pas plus mal ceci dit, pour peu qu’on aie l’esprit de contradiction ; il était ardu de braver ses propres interdits. Cependant, ce soir et rien que pour ce soir, l'Australien s’était presque juré de bien se tenir et de se comporter en gentleman. Presque, car vous comme moi savons pertinemment que cela revenait à promettre la Lune. D’ailleurs, s’il y avait bien un avantage aux soirées déguisés - bien que lui ne porte qu'un simple costume sur-mesure -, c’est qu’en théorie  il ne devrait pas être reconnu, et réciproquement. Ou du moins, on l’espère.

Mais assez palabré. Cela faisait déjà plusieurs minutes que le jeune éphèbe se contentait de scruter minutieusement chaque participant du bal, homme ou femme sans exception. Comme s’il ne cherchait pas sa valentine mais plutôt un potentiel compagnon de jeu. Je vous avais bien dit que sa promesse ne ferait pas long feu... Durée de vie estimée ; 00h06min13s. Une honorable performance qui le serait davantage si le temps de trajet pour se rendre jusqu’au gymnase n’était pas pris en compte, je vous l’accorde. Mais peu importe. Ce soir, notre Prince improvisé ne trouva pas chaussure à son pied. Il ne lui restait plus qu’à se rabattre sur son cobaye attitré, en espérant qu’elle relève un tant soit peu le niveau. Parce qu’il faut avouer qu’entre les mièvreries des uns, les niaiseries maladroites des autres et les tentatives de flirt ratées, la barre n’était pas bien haute ; au ras des pâquerettes, tout au plus. Prions pour ne pas tomber sur une pimbêche. Quoique, ce pourrait presque être intéressant.

Toujours est-il que, très honnêtement, il avait déjà aperçu sa cavalière de la soirée. Mais bien sûr, au lieu de courir la rejoindre comme l’aurait probablement fait la majeure partie des valentins dignes de ce nom, Jake était demeuré sur son perchoir comme un oiseau de mauvaise augure, à détailler la populace, un verre à la main. Verre dont il ignorait parfaitement la contenance, si vous voulez tout savoir ; il s’agissait d’un cocktail alcoolisé lourdement sucré, et il n’y avait pas besoin d’en savoir plus pour plaire à ses délicates papilles. S’il n’avait pas eu le sens pointu de l’esthétique, il ne se serait guère gêné pour dévorer l'intégralité du sucre glace qui jonchait les bords de son verre. Cela dit, cette idée là non plus n’allait probablement pas faire long feu, connaissant ses appétits boulimiques pour tout ce qui est doux et sucré.
Mais peu importe. Pour l’heure, il devait retrouver sa partenaire, puisque bien entendu, elle en avait profité pour se carapater on ne sait où, disparaissant dans la masse de gens entassés çà et là. Heureusement pour notre rouquin, la description qu’on lui avait remise était suffisamment précise pour ne pas avoir à hésiter entre deux belles. Forcément, ça facilite la tâche.

Emportant son verre avec lui, le despote se mit donc en chasse, se faufilant sans délicatesse aucune entre quelques poignées d’imbéciles heureux qui, pour toute activité constructive, avaient choisi celle de rester plantés comme des poireaux un peu partout, mais surtout sur le chemin de l'Australien. Pas de pitié pour les obturateurs de voie publique ; les premiers avaient cordialement été envoyés sur les roses, les seconds avaient compris la leçon et s’écartaient sur son passage. Pourtant, malgré toute la discrétion dont Jake avait pu faire preuve, sa belle n’avait même pas daigné lui accorder un regard, lui tournant encore et toujours le dos. Soit elle était sourde, soit elle était trop occupée pour se rendre compte de tout ce tapage. Enfin, qu’à cela ne tienne, bénéficier de l’effet de surprise était toujours un plus après tout, inutile de s'en insurger. S’approchant donc de sa cible à pas de loups, il vint passer un bras insolent autour de son cou, tenant toujours du bout des doigts un verre presque vide, et se servit de sa main libre pour soulever délicatement le menton de la douce, plantant un regard flamboyant dans ses prunelles, leurs visages n’étant qu’à quelques centimètres l’un de l’autre.

« Navré de te l’apprendre, mais si tu espérais tirer le Roi de Cœur, c’est raté. »

Commença-t-il doucement. S’il ne portait pas un masque couvrant la totalité de son visage bronzé, on pourrait admirer son éternel sourire mauvais rayonner de toute sa splendeur. Continuant sur le même ton, il déposa alors son verre dans les mains de l’inconnue ainsi que le morceau de papier que lui avait fait piocher une hôtesse quelques minutes plus tôt, sans vraiment se soucier de ce que sa cavalière pourrait bien trouver à y redire.

« Cela dit, tu y gagnes au change. L’As de Pique est une bien meilleure carte. »

"Sorry but your Prince is in another castle."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PROFIL
Nombre de messages : 548
Nombre de messages RP : 42
Date d'inscription : 21/07/2015
Localisation : Vagabonde

RPG
Fiche de personnage
Chambre: 2C
Études/Classe/Profession:
Ma boîte à RPs:

MessageSujet: Re: Mauvaise pioche ? - pv yumi   Sam 18 Fév 2017 - 0:59

Le masque charmeur

Les paroles s'envolent : '' Yumi Akami, je ne peux vivre sans toi, tu es délicieuse et tu m'apportes tellement, tout les autres hommes m'envient de pouvoir passer mes jours et mes nuits à tes côtés. Toi, la déesse du cœur … '' Blablabla. '' Tu sais y'aura des hauts des bas, dans la peine ou dans la joie on est si fragile toit et moi. Bien sur des mots doux des coups dur, mais n'oublie jamais n'oublie pas que le mal ne me fais plus mal, mon tout petit amour n'oublie jamais l'amour ''. Blablabla. '' La douveur de ta peau sur la mienne, tes yeux ont percer mon cœur, ton parfum est ma drogue, tes lèvres ont tatoués mon cœur ''. Blablabla.  

'' J'aurais voulu te dire des mots nouveaux, J'aurais voulu t'écrire des lettres à fleur de peau, J'aurais voulu changer le jour et la nuit, J'aurais voulu t'offrir le beau temps et la pluie, J'aurais voulu sauver ta vie des milliers de fois,J'aurais voulu combattre les dragons d'autrefois. J'ai fait mieux que ça.
J'aurais voulu partir sur un vaisseau, Fendre les coucher du soleil au fil des eaux, J'aurais voulu mettre à tes pieds des bijoux des palais. J'ai fait mieux que ça, te demander de passer ta vie avec moi''. Les vœux qu'Il devait prononcer.

Tell me you love me like a star. Tell me you want me wherever you are. Tell me you breathe me till your last breath. Liar Liar. 

------------------------------------------------

Des 14 février, j'en ai vécu des bons, des moins bons. Ces douces nuits d'ivresses, je les apprécient toujours. J'aime ressentir, toute l'excitation qui s'en dégagent, jour de passion, de séduction, d'amour mais aussi de tentations inédites et interdites. C'est l'atmosphère qui est électrisante. Me direz-vous, je dois en être dégoûtée à force, et au vue de ma situation sentimentale. Certes mais il ne faut pas remuer toujours la passé. Ce que j'adore c'est de voir les barrières tombées, les tabous mis de côté pour agir sous le coup de pulsions dicté par nos corps. Car la Saint-Valentin c'est ça aussi, en dehors des missives enflammées. Je dois tout de même le reconnaître, je suis une romantique malgré tout. Et mon cœur prends souvent le dessus dans mes actes et mes choix, et des déclarations j'en ai faite et sûrement j'en referais. Paradoxe quand tu nous tiens ...

Amai organisait un événement spécial pour l'occasion, un bal masqué. Ironie. Ironie car, et je suis bien placée pour le savoir, nous portons des maques à longueur de journée, invisible. Et d'où je viens, dans mon monde disons mondain, sans masque a revêtir, on ne suivie pas ou pas bien longtemps. La culture du masque, cette apparence, ce sourire que l'on arbore, ces conventions à respecter … J'ai laissé tout ça derrière moi. Donc inscrite, je pourrais faire un heureux sans doute, un jeune qui aurait la charmante blonde et plus sexy des surveillantes à son bras.

Mais ce soir, je laisse la Yumi romantique au placard pour faire place à la Yumi plus féline. Alors suis moi. Je t'emmène, il faut que ma voix t'enivre, j'ai l'espoir de t'emporter un instant loin d'ici. Je t'emmène ce soir, pour te faire oublier nos vies, un instant, un break. Laisse aller ton esprit, ne laisse rien s'interposer, je t'offre un moment de répit .

Donc je m'étais pomponnée, pas plus que d'habitude car vous le savez bien que je prends soin de moi. Toujours maquillée, coiffée, habillé avec féminité et élégance. Tout ce qui me caractérise. Alors il fallait que je frappe plus fort et être imprévisible. On vous dit sexy alors soyez troublante. A l'évidence ce qui aurait surpris soit que je ne m'apprête pas, mais j'en suis incapable. Ou en bikini, ou en cupidon ou en sous vêtements, pour le côté tentation passion, la ça aurait été dans le mille ( It's Yumi Bitch xD ). De rouge je serais vêtue, cette couleur aux multiples symboles, la couleur de la passion, l'amour, la tentation, le désir, le fruit défendue. Mon masque est rouge et noir avec quelques plumes et quelques rubis ici et là. Je sortais la tentation suprême, une robe rouge échancrée jusqu'au de la cuisse droite, dos nue et un décolleté en cœur. Je suis devenue alors la Jessica Rabbit blonde. Et comme a mon habitude le tout ornée du paire de talons aiguille que j'avais acheter pour l'occasion, et un pochette rouge aussi pour y glisser un parquet de cigarette et une boite a destination de mon cavalier d'un soir. J'écrase ma cigarette, dernière retouche rouge à lèvres, du parfum, j'attrape une rose rouge à la tige très courte, et l'heure du bal avait sonné.

Je descends les escaliers qui amenait dans le hall, telle une reine j'avais un public qui avait remarqué mon arrivée en plein possession de ma sensualité exacerbée. Je suis une femme en pleine possession d'elle même. Je rejoins alors le gymnase, les couples commençaient a se découvrir, se trouver ou se retrouver. Le lieu était magique, poétique et romantique, comme une bulle hors du temps pour se dévoiler et trouver un partenaire. D'ailleurs ne devais-je pas chercher le mien, le cavalier avec qui se devait passé cette soirée éphémère soirée ?

Je pris une coupe de champagne et regarde ses petits jeunes et parfois moins jeune faisant les premier pas dans la séduction. On aurait comme un faon apprenant à marcher et ça me fait sourire. Mon partenaire devait encore se préparer sûrement. Il était plus facile pour lui de me repérer avec ma tignasse blonde, il lui était difficile de passer à côté de moi. De la musique passe tantôt romantique, tantôt sensuelle pour imprégner les participant de l'ambiance et cela fonctionnait. J'attendais le petit homme qu'on avait du m'attribuer, son nom me dit vaguement quelque chose mais en même j'ai côtoyé pas mal de résident en tant que ''Membre du personnel'', même si je n'allais pas garder ce titre pour longtemps, ayant la bonne idée d'accepter un emploi d'un homme bourré à la sortie d'un bar.

Je sursaute au contact d'un bras étranger autour de mon cou. Mais c'était comme ça qu'on aborde un femme, ici ? Quelle manque de délitasse et de bien séance. Je dévisage l'individu, enfin il a un masque mais bon. Il était élégant, un costume qui le cillait à merveille, un bel homme apparemment, a ce jeu de masque. Sachant jouer de la situation, il m'effleura le visage pour y planter son regard de braise, tout en comblant l'espace qui nous séparait. C'était pour le moins … déstabilisant, mais je pense qu'il le sait. Au moins ça pardonne son impertinence.


« Navré de te l’apprendre, mais si tu espérais tirer le Roi de Cœur, c’est raté. » 

Oh ! Alors c'était lui, mon cavalier. Eh moi qui pensait me coltiner un gamin, ils m'ont donner un homme, j'aime ça. Le destin, toujours là au détour d'une rue. J'aime cette assurance si impertente, disons que je l'accepte pour la soirée, car ce soir c'est différent. Ces cheveux m'interpelle, cette voix aussi, mais je n'arrive pas à savoir encore qui est sous le masque. C'était ça aussi le jeu.


- La reine de cœur est restée au placard ce soir.

Je profite de se rapprochement pour glisser ma rose rouge dans la poche de sa veste, laissant dépasser juste c'est la beauté de ses pétales. Avant de moi aussi m'amuser, et la main glisser lentement mais assurément sur le haut de son torse. Il semblerait que j'ai trouvé un compagnon de jeu. Cette soirée promets d'être plus intéressantes que prévue.

« Cela dit, tu y gagnes au change. L’As de Pique est une bien meilleure carte. »

- Un belle promesse qui sera dur à tenir. Penses-tu vraiment pouvoir me piquer dans le vif ? C'est un défi de taille .

Une sourire en coin s'affiche sur mon visage. Quelle confiance en soi, presque imbu de sa personne. Mais je n'ai pas froid au yeux, loin de là, vous me connaissez bien, surtout dans mes états félins. Je termine d'une traite ma flûte de champagne. Il faut dire qu'on s'accordait bien physiquement parlant. Le mystérieux et très ( trop ? ) sur de lui bel homme en costume avec la très charmante blonde de l'assemblée. On dirait un peur James Bond et sa James Bond Girl. C'était charmant. Il nous manquerais plus qu'un tango argentin et s'en était fini.

- On ne dompte pas facilement une femme de mon calibre, jeune homme.

Les dès étaient jetés, non je ne voulais pas un soirée romantique enfin pas ici. J'aurais la soirée que j'étais venue cherché, plein de vices et tentations, de dualité et de complément, de fis comme un cheval sauvage. Bien lancée je comptais lui montrer que Yumi Akami n'est pas une fillette comme il a l'habitude de fréquentée mais une vrai Femme comme il pouvait le remarquer à mon allure. J'ouvre ma pochette pour en ressentir la petite boite rouge.

- Comment aurais-je pu oublier de faire plaisir à mon cavalier …

La cadeau, ça avait été un défi, offrir quelque chose à quelqu'un qu'on ne connaît pas, dont sûrement avant cette soirée on s'en moquais éperdument mais que le destin à réunis. Surtout lorsqu'on ne s'attend pas a cette présence. Je lui tends la boîte avec le sourire le plus ravageur qu'il lui était donné de voir. Tu penses vraiment sortir idem de cette soirée et gagner le combat ? It's a wicked game. Je vais t'apprendre à ne pas être présomptueux.

Laisse toi aller, détache toi de tout, profite de ton anonymat et lâche prise. Laisse parler tes émotions et tes envies. Mais attention, ne délaisse pas le masque, ou tu laisseras tomber ton bouclier , ton dernier rempart.

~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PROFIL
Nombre de messages : 280
Nombre de messages RP : 92
Date d'inscription : 26/11/2014
Localisation : Dans les nuages.

RPG
Fiche de personnage
Chambre: 1A - Seul
Études/Classe/Profession: 2ème année de Médecine
Ma boîte à RPs:

MessageSujet: Re: Mauvaise pioche ? - pv yumi   Sam 25 Fév 2017 - 1:18

Les couleurs dépaysaient l’école. Les sons, les couples récemment formés ou déjà trouvés depuis maintenant quelques temps. C’est vrai, Jake n’était pas très courtois, son entrée en matière le prouvait. Il l’était, avec les gens qu’il affectionnait. Lui-même par exemple. Pourtant, cette fois, cette impertinence était volontaire. Observant tranquillement la grande salle, le jeune homme souriait. Derrière un masque qui déjà, souriait prédisant quelque chose qu’il ne dévoilera pas. Sourire figé, masque mystérieux. Un peu comme l’ambiance qui planait en ce moment, dans ce décor hybride d'universitaires et de la Valentine’s day.

Peu courtois, au point d'être impoli ? Le malappris en question ne put retenir un ricanement amusé face à sa propre attitude. Et pour cause, connaissant le personnage, c’était un peu comme enfoncer des portes ouvertes. Il reprit pourtant vite son sérieux lorsque sa valentine posa - innocemment ? - sa main sur son torse. Les convives colorés autour d’eux s’activaient de leur côté, mais colorés où pas, sa belle inconnue avait une jolie allure, et il serait fort dommage de s’en restreindre à la discrétion. Elle méritait d’être vue, admirée, de susciter l’attention et Jake décida que ce soir, ils s’amuseraient bien. D’autant plus qu’elle avait un joli minois derrière son demi-masque qui dévoilait de jolies lèvres marqué d’un rouge plaisant. Derrière son masque, un despote amusé sentait son sourire s’étirer.

Et dans ce genre de soirée où on traquait l’inconnu, la honte n’avait pas de place à se faire.

« On ne dompte pas facilement une femme de mon calibre, jeune homme. »

Un sourire, plus espiègle.
Jake voulait jouer.

« Je ne dompte pas, je m'accapare. J'aime posséder les belles choses. »

Oh-oh. Le despote qui se fendait d’un compliment –si on pouvait appeler ça comme ça- ce n’est pas tous les jours qu'il était donné d'assister à pareil spectacle. Même si le compliment en question était suffisamment implicite et subtil pour qu’il puisse nier toute responsabilité en prétextant qu’il n’était là que pour faire la conversation.
Son regard se posa sur deux tourtereaux non loin de là qui exprimaient ostensiblement leur joie de vivre et leur amour l’un pour l’autre, alors que la jeune femme l’invitait à un échange de cadeaux. C’était d’une formalité surprenante. Jake la trouvait bien sage comme une image. C’était déjà un tantinet attendrissant. Mais ce diable de cavalier qu’il était, n’était justement pas sage comme une image. Pourquoi ne pas ôter cette odieuse formalité, qui au final, ne s’apparentait qu’à un troc vulgaire de bibelots dans des temps plus reculés ? Je t’achète une buche, tu me donnes deux sacs de grains. C’était dommage d’en arriver là pour une soirée si cérémonieuse, songeait encore le jeune homme, toujours dans ses traits enclin à la fantaisie.

« En ce qui concerne l’échange de nos présents attentionnés, rien ne presse ; soyons de bon cœurs et laissons cette formalité à plus tard, quand nous aurons pris le temps de nous familiariser un tantinet... »

Il l'avait cru résistante, un brin rebelle, et donc difficile à gérer pour toute une soirée, mais aux vues et sus de ses récentes réactions, il semblerait que ce ne fut qu'une attitude de premier abord. De quoi faire le tri, et tester un inconnu avant même qu'il ne puisse vous tutoyer. Belle technique. Comme présenti, elle semblait avoir un caractère du feu de dieu, ce qui promettait une soirée moins ennuyante que prévu. Il aurait supporté une potiche, car sa patience était légendaire, mais il l'aurait sans doute quelque peu... traumatisé ? Heureusement, la compagnie de cette pulpeuse ingénue lui suffisait. Jake pensa quelques secondes qu'essentiellement, c'était cela qui le charmait chez le sexe opposé. Rien de mieux pour le mettre en émoi qu'un cou gracile sur lequel il pouvait poser ses lèvres, ou de tenir entre ses mains leurs hanches souples et élancées. Bon, arrêtons là les digressions, Mademoiselle était sa valentine. Il tourna la tête pour observer la foule lorsque son regard tomba sur .... Oh, Logan. Qui, allègrement, faisait virevolter sa cavalière. Quelle beauté. Jake souriait.

« Cela dit, dame de cœur ou valet de trèfle, c’est du pareil au même. L’as est appelé à régner en maître absolu. » lui rétorqua-t-il malicieusement, et ce avec toute la modestie du monde, avant de se reprendre : « Mais on fera une exception pour ce soir. Tout dépend du jeu auquel on joue, à vrai dire. »

Effectivement, l’As pouvait aussi bien être la carte la plus forte du jeu que la plus faible. Mais ça, bien évidemment, on évitera de le signaler. Et ainsi, avant de commencer les festivités, notre As de Pique pris le bras de sa partenaire alors qu’il pivotait sur lui-même pour s’adosser au mur, l’attirant légèrement sans relâcher son emprise. Il n’avait pas usé de suffisamment de force pour qu’elle vienne directement se blottir dans ses bras, et se contentait de la regarder dans les yeux. Jake étant un animal primitif et archaïque il s’exprimait avant tout à travers le regard. Regard qui s’avérait pour l’instant tout aussi mystérieux que malicieux, amusé et intéressé alors qu’il répondait à la belle d’une voix suave.

« A quoi veux-tu jouer ? »

Il fallait l’avouer, la définition qu’avait l'Australien du verbe "s’amuser" était très particulière, et peu la partageaient entièrement. Lui trouverait toujours un moyen de s’amuser, et c’était sur cette seule idée que se construisait chacune de ses journées. Mais pour une fois, juste pour cette fois, il avait envie de jouer à un jeu qui n’était pas sien. Il était curieux de savoir ce que pourrait bien lui proposer sa valentine. Curieux de connaître le sens que pouvait prendre ce verbe, quand ce n’était pas lui qui le définissait.
Sans relâcher la main de la jeune fille, il finit par réaliser qu’un masque qui lui couvrait l’intégralité du visage serait plus une gêne qu’autre chose. C’est donc sans plus de concessions qu’il planta ses ongles dans la partie inférieure droite de son masque, le brisant avec une certaine facilité qui ne laissait planer aucun doute quant à la force dont le jeune homme pouvait faire preuve. Les débris s’émiettèrent lourdement sur le sol alors que sa joue droite et ses lèvres se découvraient entièrement ; il n’alla pas plus loin, de peur de le briser totalement, et finit par planter un regard de braise dans celui de sa cavalière, regard qui signifiait clairement son impatience quant à la suite des évènements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PROFIL
Nombre de messages : 548
Nombre de messages RP : 42
Date d'inscription : 21/07/2015
Localisation : Vagabonde

RPG
Fiche de personnage
Chambre: 2C
Études/Classe/Profession:
Ma boîte à RPs:

MessageSujet: Re: Mauvaise pioche ? - pv yumi   Sam 25 Fév 2017 - 22:44

Like a devil's touch

La soirée prenait forme et tout ces étudiants souvent moroses, s'étaient pourtant laisser prendre au jeu. La protection du masque permet d'oser, de ne pas douter, de s'envoler. Laisser parler les désirs les plus enfouis, les plus inavouables. Les plus farouches d'entre nous n'oserons pas, il y a en avait plusieurs dans cette salle, moi ce n'est pas mon cas. Ce soir je laisse parler mon corps, mes courbes, mon charme, mes tentations. Tout mon corps respire la sensualité, je me sens comme une tentatrice prête a en découdre. Ne me déçois pas.

Pour cela, on m'avait attitré le partenaire idéal, ce gentleman dans son costume qui, faisait assurément tourner les têtes des jeunes filles, avec un corps aussi bien taillé. Quoi de plus exquis, pouvoir jouer avec un adversaire digne de ce nom et aussi tentant. C'était mon fruit défendu de la soirée mais c'est avec un plaisir non dissimulé que je croquerais dedans a plein bouche.


« Je ne dompte pas, je m'accapare. J'aime posséder les belles choses. »

Bien, bonne répartie, pimentée, j'apprécie. Et ce compliment légèrement placé sans trop en faire, du grand art, je suis en face d'un adversaire à ma mesure. Et en plus, il arrive a me faire sourire. Il est doué. Il ne dompte pas, très bien alors le félin va sortir de sa cage, pour mon plus grand plaisir et pour le sien. Eh oui, le pouvoir du masque fondu dans la foule, laisse libre court à l'imagination mais surtout à l'action qu'elle soit subtile ou directe, caché ou à la vue de tous.

- Mais n'inversons pas les rôles, charmant gentleman, je vais te posséder pour ta plus grande satisfaction.


Il fallait vraiment faire la fine bouche pour que ce cheval sauvage ne vous attire pas. Plus je le scrute, plus il est désirable et ce regards si puissant qui arrive à vous transpercer. Il ne désirait pas ouvrir le présent, pour se laisser le temps de s'apprivoiser. C'est un concept intéressant, aurait-il une idée derrière la tête, ou se gage d'attention le gênerait-il ? C'était à méditer et je garde cela au chaud. La jeunesse prenait possession de la piste de danse. Mais ma conquête me menait en dehors de celle-ci. Un sourire charmeur était plaqué sur mon visage, tenant du fait que j'étais ravie d'avoir l'étalon à mon côté et pas un enfant mais aussi car je le ressens, on avons les mêmes envies pour cette soirée. L'ambre se fit alors plus fougueux, plus coquin, plus séducteur.


« Cela dit, dame de cœur ou valet de trèfle, c’est du pareil au même. L’as est appelé à régner en maître absolu. Mais on fera une exception pour ce soir. Tout dépend du jeu auquel on joue, à vrai dire. »

Excellent, je m'en languis d'avance. J'avale d'une traite le reste de ma coupe de champagne avant de la poser délicatement sur une table à proximité. Alors masque charmeur, masque rieur, dominé ou dominant, tu n'as pas encore fait ton choix. Tu apprécieras les deux positions et bien d'autres, ais confiance. Il m'attire dans un coin de la salle pour pouvoir s'adosser contre un mur, une proximité plus intime en gardant les distances de sécurité pour le moment, hésitant peut-être ou plutôt me laissant le choix de le rejoindre. Mais il ne délaissa pas le contact de ma peau pour autant, contact aussi charmant qu'électrisant.

Donc il me place en position de force, c'est sa stratégie, il me laisse entamer la danse et le choix des armes avant le combat. Pour que je puisses me sentir puissante avant de se saisir de moi comme un jouet. Mais tu sais tu pourrais te faire avoir a ton propre jeu. Son regard ne me lâche plus une seconde, dans l'ambre pour me percer à jour. Mais je le sais que tu as déjà du observer ses courbes mise plus qu'en valeur de cette robe rouge de Pin-up. Rouge, la couleur de notre duo, nos maques noir et rouge, ma robe rouge et ses cheveux rouges … Ses cheveux rouges … Mais ne serait-ce pas notre strip-teaseur du réfectoire. L'une de mes premières missions de ''surveillante''. Il faut dire que c'est un double bingo, en plus de ce caractère imprévisible, ce n'est pas costume qui lui faisait un corps appétissant. Oui, je l'ai détaillé, mais vous allez pas vous offusquez de la part de la surveillante et s'est éprise de l'un de ses anciens pensionnaires.


« A quoi veux-tu jouer ? »

Il casse littéralement son masque, pour me permettre d'entrevoir sa joue mais surtout dévoiler sa bouche. C'est un appel ? Il démontre détenir un force impressionnante, il pourrais me soulever sans le moindre effort. Je fais quelques pas en sa direction comblant le vide qui nous sépare, tel la panthère qui s'approche délicieusement de sa proie, mes courbes virevoltent et sont en action. Je suis proche de lui, interdite, le jeu a déjà commencé. Je rentre dans son espace vital, je me colle a lui. Ma poitrine tentatrice collée contre son torse, une douce pression, un contact appréciable et je le souhaite apprécié. A mon tour de le fixer, j'essaie d'entrevoir un trouble, une quelconque réaction. Nos visages, nos lèvres ne sont qu'à quelques centimètres l'une de l'autre. Je peux sentir son souffle, son parfum. Respire-moi, dévisage-moi, désire-moi. Je me penche pour lui chuchoter au creux de l'oreille :

- Tu veux jouer … Mais tu n'es pas sur de gagner

Je repasse mon visage devant lui, lentement, presque en frôlant sa bouche avant de lui murmurer de l'autre côté :

- C'est fini les jeux d'enfants …

Je reviens à ma position initiale face lui, je passe ma langue sur ma lèvre supérieure comme si j'avais aperçu la chose la plus appétissante du monde, comme un enfant le ferait devant un paquet de bonbons. Il veut jouer, mais ça c'est mon jeu à moi. Vas-tu prendre tes jambes à ton cou, choqué comme le serait la plupart des farouches ici présent, se laissant roucouler dans leurs tirades mielleuses d'amour, ou penses-tu vraiment pouvoir assumer ce jeu, dans lequel j'excelle.

Je pose ma main dans son dos, resserrant un peu plus l'étreinte improvisée, ou pas. Ma main glisse sensuellement, le long de sa colonne vertébrale, ressentant tout les muscles qui le compose. Pour atterrir sur ses fesses ô combien musclés, que je caresse tendrement alors de leurs donner deux tapes répétés.


- Alors as-tu peur de te piquer ?

Je me recule et le laisse respirer, je lui dévoile mon dos nu et je regarde le reste de l'assemblée qui s'agite. Le plaisir du masque, faisons tomber les barrières amusons-nous comme si demain n'existait pas, juste pour cette soirée, juste pour une nuit qui nous le savons n'aura pas de conséquences sur notre futur. Laissons nous bercer par cette ambiance, et teintons cette nuit de couleur chaleureuse. On se fou du reste, on se fou des autres. Les yeux dans les yeux, vas-tu brûler les ailes de cupidon par le désir ?



[ + boire de l'alcool : 50pts
+ tripoter les fesses de votre partenaire : 20pts ]

~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PROFIL
Nombre de messages : 280
Nombre de messages RP : 92
Date d'inscription : 26/11/2014
Localisation : Dans les nuages.

RPG
Fiche de personnage
Chambre: 1A - Seul
Études/Classe/Profession: 2ème année de Médecine
Ma boîte à RPs:

MessageSujet: Re: Mauvaise pioche ? - pv yumi   Sam 4 Mar 2017 - 17:05

« C'est fini les jeux d'enfants … »

Les yeux du despote, sombres, luisants, des brins d’astéroïdes ayant malencontreusement atterris au sein de son visage, observaient la jeune femme de par-dessous une rangée de cils. Et les cheveux oculaires découpaient l’image d’une tendre ingénue en plusieurs sections, embrouillaient des traits que l’éclairage polygonal des lumières devrait rendre clairs. Elle se tenait là, de grands yeux d’ambres qui communiquaient de la curiosité plutôt que de la surprise, et des mèches, blondes, ruisselant en cascade. Ses cheveux étaient longs, encadraient son visage comme le boa avec lequel on entourait les épaules d’une pin-up et coulaient contre ses clavicules comme un plumage discret. Ses lèvres étaient attirantes, point usées par l’air de l’extérieur, par la pollution des voitures et le froid de la nuit, et elle passait lascivement sa langue sur sa bouche, une moue imbibée d’une arrogance connaisseuse qui lui allait à merveille.
Jake cligna des yeux.

Se retenant vainement de rire lorsqu'elle s'avança à lui avec un air plus que sûr et déterminé au visage, il frissonna en sentant les mains fines de sa partenaire se poser sur le bas de son dos dans un geste d'appartenance équivoque. Ses cheveux retombèrent sur son visage alors qu'il baissait courtement la tête en souriant à demi, avant de relever le regard, son sourire plus appuyé et plus doux venant la heurter directement, une pointe d'amusement logée au creux de ses prunelles. Frémissant sous le contact polisson, il rejeta délicatement la tête sur le côté, ses cheveux rouges glissant de son épaule pour faire un pied de nez au vide, alors que ses yeux luisaient d'un éclat monstrueusement amusé. Plus précaire, son sourire finit par disparaître alors que ses mains se faisaient un chemin jusqu'aux hanches de sa valentine.

« Alors as-tu peur de te piquer ? »

Jake fronca ses sourcils, une onomatopée interrogative se placardant dans l’air, comme l’étendard de sa confusion, apposant une innocence trompeuse contre les tendons de ses muscles. Il s’agissait toutefois d’une question spontanée qui vint se saler d'amertume. Dans la voix de la jeune femme résonnait une familiarité trompeuse, celle qu’on remarquait chez les gens qui s’adaptaient sans que le fait de devoir être un caméléon devienne leur dam, mais qui laissait persister dans l’air une impression de calcul. C’était une familiarité bénigne, pourtant, mais dans laquelle roucoulait la certitude de ne pouvoir entièrement s’exposer à autrui. C’était le renard qui jettait des miettes de compliments au corbeau pour pouvoir goûter le fromage.

« Non, mais je te préviens, je ne suis pas très porté sur le romantisme. » crut-il bon d’ajouter alors que ses lèvres s’arquaient en un sourire narquois qui ne présageait rien de bon. Nul doute qu’il espérait ardemment qu’elle ait les mêmes goûts que lui en terme de divertissement, quand bien même en sachant pertinemment que les chances que ce soit le cas avoisinaient désespérément le zéro absolu.

Doucement, ses mains se posèrent sur ses hanches et alors qu'ils étaient face à face, Jake la ramena contre lui. Son visage se décala de quelques centimètres et il plongea dans sa nuque pour venir poser ses lèvres contre sa peau. Ses lèvres dévorant sa peau, l'Australien avait l'impression de la brûler, marquer au fer rouge, tant son épiderme semblait réceptif à cette simple approche. En cet instant, son air moqueur venait de disparaitre au profit d'une indicible curiosité. Son regard, brûlant d’un feu inextinguible, se délectait visiblement de cette vue plaisante.

Et les doigts innocents se frayant un chemin sur le haut de la robe, parcourant la pulpeuse poitrine d'un bout à l'autre, ses phalanges insidieuses en guise de plume, simplement pour déclencher la chaleur dans le creux des reins. Reculer le visage, laisser au souffle toute son ampleur et observer la réaction : révulsion ou invitation. Ses mains se baladaient ensuite doucement sur son corps, frôlant ainsi le bas de son dos, ses hanches et descendant légèrement vers ses cuisses, tandis que les couples dansaient, près d’eux ou loin d’eux, dans un tumulte de couleurs parfois criardes et parfois plus sobres.

« Je poursuis le jeu. Tu permets ? »

Elle se fondait dans le paysage comme une luciole dans une forêt, s’insérant dans le rythme décadent du décor qui l’entourait tout en conservant une part d’enchantement, quelque chose qui la rendait mesmérisante, unique. Jake la lorgnait sans discrétion, laissant ses prunelles émeraude parcourir chacun des détails de son corps. Il la trouvait belle. Belle comme la discorde.

Le despote vint finalement poser ses lèvres sur celles de sa valentine pour un baiser qui n'avait rien à voir avec ces échanges plus réservés. Par lui passaient tous les sentiments que l'Australien voulait bien y mêler : l'envie, le désir, la précipitation, le besoin, un peu de sadisme et de douceur mélangés. Il s'était promis d'être raisonnable, ça risquait finalement d'être un peu compliqué tant le corps svelte et élancé de la demoiselle semblait lui dire de venir toujours plus près.
[+ Tripoter la poitrine de sa partenaire : 50 points
+ un baiser moins chaste : 15 points]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PROFIL
Nombre de messages : 548
Nombre de messages RP : 42
Date d'inscription : 21/07/2015
Localisation : Vagabonde

RPG
Fiche de personnage
Chambre: 2C
Études/Classe/Profession:
Ma boîte à RPs:

MessageSujet: Re: Mauvaise pioche ? - pv yumi   Dim 2 Avr 2017 - 12:03

Let's go to the next level


Contact tendre, contact corsé, contact tendancieux, contact faisant naître le désir. Oui, celui qui allume au fond de vous, le désir, les plus bas de l'instinct, les plus primitifs mais les plus primordiaux. Je ne suis pas de farouche qui rejette tout mouvement obscène ou allusion graveleuse. J'aime ça, une part de moi que je ne montre pas. Mais je ne suis pas une traînée qui mange à tout les râteliers. J'ai une stature, j'ai un rang à respecter malgré que je l'ai mis de côté. A quel moment est-il devenu déplacé de dire ouvertement qu'on aime satisfaire et se satisfaire ? A quelle moment est-on tombé dans la vulgarité de la femme qui aime l'action charnelle alors que nous vivons dans une société ou le sexe domine ? Quoi qu'il en soit, peu importe ce que mon cavalier pensais de moi a cet instant, car je pense que l'on commençait a teinté la soirée des mêmes couleurs.

« Non, mais je te préviens, je ne suis pas très porté sur le romantisme. »

Le romantisme, ce n'est pas ce dont j'ai envie ce soir. Pourquoi ressentait-tu le besoin de le préciser ? Tes yeux verts émeraudes me transperce, ils sont énigmatiques, magnifiques, symboliques, épiques, je pourrais continuer la liste un moment pour décrire ce que provoque ces deux pierres précieuses si bien porté. Tu m'attrapes fermement, une prise virile sur mes hanches qui s'offre à toi. Mais continue, je t'y engage. Le cou, ma peau frémis sous le contact de ses lèvres exquises, d'une volupté si agréable. Il s'est comment allumer un feu et souffler sur les braises pour qu'elles prennent et s'embrasent par la suite. Je l'admet sa façon de jouer de ses lèvres sur mon cou est une belle tentative mais je ne capitulerais pas si vite, mon petit. Je ne suis pas l'une de tes fangirl qui font dans leurs culottes dès que tu croises leurs regards. Ne me dis pas que tu as que ça en réserve.

Tout mes sens et tout mes chakras sont ouverts. Il s'aventura sur ma poitrine charnue et qui étais encore un fois plus que mise en valeur dans cette robe, comme si elle était un aimant duquel on ne voulait plus se détacher. Le gentleman d'un soir laissa agir l'attraction. Sa main habile se voulait comme la caresse d'un vent d'été, doux mais présent. Je ferme les yeux un instant pour pleinement ne délecter de ce moment. Oui, je sais qu'il doit arborer ce sourire amusé mais impertinent. Il commençait doucement, pas à pas, il place ses pions sur l’échiquier. J'aurais presque pu regretter une pointe de virilité en plus, imposant sa domination tel un mâle alpha sur ma féline personne. Il donne un bout de fromage à la petite souris pour qu'elle l'apprécie avant de lui tendre un piège avec le reste du fromage. Est-ce le cas ?


- Ais-je l'air de quémander du romantisme ? Jouons entre adultes consentant, si tu le veux bien.

Je pense qu'il a acté ce que le lui ai dit, et l'objet de ma tentation continue son jeu, a faire monté la température dans ce gymnase redécoré. On était vraiment plongé dans un autre monde. Un monde pour certains plus opportun à la déclaration, pour d'autres comme une occasion de s'amuser, et nous pour nous … Comme si on arrachait tout ce qui nous définissait, ayant revêtis le masque pour plus de discrétion, pour une libération ô combien agréable. On arrache nos chaînes, ce soir je serais ta belle et tu sera mon beau. Mais ne tombons pas de les clichés de la love story. Ce n'est pas notre genre. Fais de moi ta possession, ton esclave, ta maîtresse, ta dominatrice. Laisse mon souffle et mes courbes imprimés ta peau. Je veux être le souvenir d'une soirée exceptionnelle. Celle à qui te repense que te disant qu'est ce qu'elle était douce, belle, tentante, mais sans regret. Plutôt comme une expérience exceptionnelle que tu as eu la chance vivre. C'est moi qui t’emmène cette nuit mais ne me délaisse pas sur le chemin.

J'adore sentir tes mains sur ma peau, caresse moi encore et encore, mais t'arrête pas là. Mon dos, mes hanches, mes cuisses, on continue. Mon corps se laisse agréablement faire, et s'ouvre a ce gentleman si séduisant. Ma robe fendue jusqu'au haut de ma cuisse droite, laissant celle-ci nue et vulnérable, le contact de sa main sur ma peau rendit la jambe fébrile mais toute disposée. Il prend le dessus s'affirme, je le sens, j'apprécie, je souris. La lueur de mes yeux avait changé, de tentatrice à de tentation.

« Je poursuis le jeu. Tu permets ? »

Je le regarde alors jusqu'au plus profond de son iris, pour descendre sur sa bouche puis revenir a ses yeux électriques. Je cligne lentement des prunelles en signe d'approbation. Et avant de ne pouvoir rétorquer une de ces phrases piquantes dont j'ai le secret, l'apollon rouge passa à l'action. Je ne sais pas, si c'est l'ambiance régnant dans la pièce, les hormones des jeunes qui s'agitent autour de nous, mais tu m'attires. Il y a quelque chose en toi qui me serait peut-être même sûrement insupportable en temps normal mais ce soir je l'apprécie. Je ne me pose pas de question je veux croquer la pomme, lui donner du plaisir autant que j'en prends à la déguster. Je veux tatouer ton corps de mon parfum et que tu n'oublie jamais celui-ci.

L'élégance et l'impertinence mixées, mon cavalier rouge s'empare de mes lèvres qui soyons honnête attendaient cela avec impatience. Un baiser intense, bestiale mais doux, désir mais prudence, précipitation mais attente dérisoire. Le voilà, ce côté virile que j'attendais. Il n'attends que je donne, il prends, il me domine sur l'instant, je m'abandonne a cet intensité. Je ferme les yeux, ressentant chacun point d'impact de ses lèvres au contact angélique pour un despote diabolique, je décuple la sensation éprouvée. Je le laisse mené la danse, le suite dans ces mouvements pour que cela s'éternise plus longtemps.

Détachement de nos corps, le contact se rompt. Mon corps se remplit d'excitation, ma bouche se pince, je sens encore le goût de ses lèvres sur les miennes. Je me détache de lui, un instant. Je recule de un pas puis deux. Je détaille tout son corps, toutes les parties qui le compose. Mes pensées sont viciées. Je me détourne de lui, je regarde la foule depuis notre coin. Ils sont tous occupés à autres choses, ils savent pas ce qui se joue dans le fond de la salle. L'attraction serait-elle double ?

Je m'adosse à mon tour sur le mur, à coté du gentleman rouge. Mon cœur palpite quelque peu. Mon corps en redemande, mon souffle est moins régulier. Pourquoi parler ? Pourquoi tergiverser ? Je repose mon attention sur lui, un sourire amusé se dessine, je ris presque. Dans un mouvement je l'attrape pour le tirer devant moi, contre moi. Pas d'issue c'est moi qui me retrouve coincé contre le mur, ce qui n'arrange pas l'embrasement au fond de mes entrailles. Some kind of Drugs.

Je le tiens, il me cache par sa carrure. Je le sens contre moi, je ne peux me décroché de lui, je veux sentir son contact, sa peau sur la mienne. Mes mains se posent sur son torse je le caresse, je le l'empoigne, elles se crispent. Je me fiche désormais du reste, je n'ai que lui en tête. C'est à mon tour, je joue avec ces lèvres les caressants avec les miennes avant déposer un simple baiser très chaste. Sourire un peu moqueur. Je laisse voguer à leurs guise mes mains sur le délicieux qui s'offre a moi. Je me brûle mais je ne peux m’empêcher d'y retourner. I feel It. Lorsque ma main s'égare sur l'entrejambe de mon partenaire. Je le fixe attendant une réaction, un refus ou une acceptation ? Es-tu disposer à te faire posséder ou as-tu atteints tes limites ? Pourtant en attendant ma mimine ne se laisse pas démonter, elle prends en main à travers son pantalon de costume, et caresse par de tendre mais tenace aller retour. Quitte a découvrir ce qu'elle n'aurait pu penser … Tu m'embrase mais je suis douée dans le sens inverse aussi. Et je n'ai pas finis de te montrer l'étendue de mes talents. A moins que tu préfères les farouches ...

Je passe ma main sur sa joue et effleure avec mon pouce sa bouche. Fruit défendue, je disposerais de toi. Dans une fougue, je le tire un peu plus contre moi, je prends possession de lui, je glisse ma langue pour caresse la sienne à plusieurs reprises. Excitation, délectation, passion. Je passe même ma jambe droite dénudée autour de sa taille. Il me semble que plus aucun doute ne plane quant à la réponse a son invitation. Je laisse traîner cette osmose éphémère. Si raisonnable et raisonné mais derrière mon masque, c'est tout chose, comme résister à l'apollon rouge …



[ + Un baiser chaste à un inconnu 5pts
+ Un vrai patin 20pts
+ Tripoter le sexe 100 pts ]

~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



PROFIL

RPG

MessageSujet: Re: Mauvaise pioche ? - pv yumi   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mauvaise pioche ? - pv yumi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amai Gakuen :: Le coin détente :: RPs 2017-
Sauter vers: