Partagez | 
 

 Can We Meet After ? [Alice x Kogami]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

PROFIL
Nombre de messages : 48
Nombre de messages RP : 14
Date d'inscription : 10/12/2016
Age : 25
Localisation : Kobe

RPG
Fiche de personnage
Chambre: Externe
Études/Classe/Profession: Policiére
Ma boîte à RPs:

MessageSujet: Can We Meet After ? [Alice x Kogami]   Dim 19 Mar 2017 - 20:40



Can We Meet After ?

Alice L. Skyes x Kogami Shinya


Tous des abrutis. Ils sont la , a rire, avec leurs "ga' "ta" "ka" "blabla" . J'les comprend hein, ne vous y méprennez pas.

Ils sont tous la , en uniforme, devants leurs ordinateurs, avec leurs cafés et leurs idées bien précises de leur petit monde. La hiérarchie c'est sacré et bla et bla...
Dans mon jean slim , avec mon marcel et ma veste en jean je fait tache. Mais je m'en fout. J'connais mon job, j'bossais a la crim' avant. Ici , je me contente de dresser des PV 50% du temps. Pas assez de crime et de sport a mon avis... Je suis utilisé comme un balait au lieux d'une arme. Génial. La joie. Je suis extatique , malgrés mon visage froid et figé de garde sans coeur. Enfin si , j'ai un coeur. Il bat. Il fait circuler mon sang. Mais il se borne a sa. C'est tout.

Tien , le coincé sors du bureau du chef de brigade. Toujours dans son costard, on dirais qu'il est greffé avec.  Il se douche avec? ....Genre , il baise avec aussi ?

L'idée me fait pouffer , ce qui m'attire les regard furieux de certains collègues. Je m'excuse vaguement , en Japonais , pour la forme , et je me détache du mur ou j'était adossée.

Les bruits des claviers me hérissent les poils , et je sent mon cœur accélérer. Si je tape sur personne avant la fin de l’échange, sa sera un miracle. Ils me tuent a petit feu, ses moutons Japonais. Ils sont trop cons pour comprendre que j'suis le loup, mais assez pour me mettre a l’écart. C'est assez paradoxal dit comme sa.

Les néon qui diffusent leur lumière crue commencent a me donner mal a crane , alors d'un mouvement sec je prend la direction de la sortie, visant a ne bousculer personne, non pas par politesse mais pour ne rien me faire renverser dessus... Avant de prendre la porte, mon regard se pose sur ... C'est quoi son nom au ballait ? Ko... Konami ? non, c'est des jeux. Et c'est un peut raciste. Kogranny ? non, sa c'est de l'anglais et du japonais... Kogami ! Ou Shinya. J'sais jamais entre leurs manie d’échanger leurs noms et prénoms là. Ils peuvent pas me simplifier la tache ?

J'hausse le ton , et je lance en anglais, sans faire d'effort

" Hey, Christian Grey au rabais. Je te propose de sortir avec moi , pour sortir visiter la  ville et parler travail. "

Mon invitation n'en est pas une en fait. Il refuse , et je serais obligée d'aller l'attraper par sa cravate ridicule, de l’étrangler avec et de traîner son corps incontinent au sol au vu et su de tous. Ce qui m'attirerais pas mal de problèmes. Alors je souris, je lui sors mon sourire le plus charmant, passant une main dans mes cheveux, un peut comme lorsque je sortais le soir pour draguer. Sa marche a tout les coups... Un petit mordillement de lèvre, et le tour est joué. Je vois quelques regards furtifs de certains hommes qui eux, seraient ravis de "venir parler travail" sans comprendre que la, j'vais tester le coincé, voir m'amuser avec lui.
Après tout, de ce que j'ai compris, on va bosser ensemble non?

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


PROFIL

RPG

MessageSujet: Re: Can We Meet After ? [Alice x Kogami]   Lun 20 Mar 2017 - 19:19

L'orchestre se fait à peine entendre, discret mais imperturbable « Clic clic clic clic »
Puis juste à l'heure, il s'emporte pour sa première sérénade, rythmé et puissante « Ting dang ding dang »


 Je sors ma montre de ma poche, je l'ouvre et regarde la photo à l'intérieur. Elle est belle, si belle …

Les sons s'atténue laissant place à la seconde sérénade, composé de mouvement plus courte et moins intense « Ding ding ding ».
Elle dure quelques secondes puis, l'orchestre de rouage et d'acier retourne à sa partition habituel, un clic toutes les secondes.


  Il est minuit, cela fait donc un mois, exactement un mois. Un mois qu'elle est …
Je me lève, renversant mon scotch sur la moquette du fumoir. Je regarde autour de moi à la recherche d'une bouteille et éventuellement d'un autre verre. La pièce est organisé méthodiquement,  une cheminée aux flammes discrète, des fauteuils en cuir vert et en son centre une table basse sur laquelle se trouve une pile de livre ainsi que … Oh et la bouteille … Évidement vide …
Je m'exclame : « Il n'y a donc dans cette demeure pas un être qui pourrait m'apporter une quelconque aide !! Qu'il est dure d'entretenir son alcoolisme de nos jours !! »
Je manque de tomber, affaiblie par les gorgées brûlantes de ce scotch, je me rattrape sur la bibliothèque recouvrant la quasi-totalité des murs de la pièce.
Mais emporté une nouvelle fois par l'appel de Morphée, je succombe et tombe dans un sommeil au relent de tabac, d'alcool fort et de désespoir.

Au matin, un rayon de soleil finit par transpercer de sa lumière l'obscurité de la pièce, je me réveille caressé par sa chaleur.
J'ouvre un œil, je tâte d'une main tremblante le sol autour de moi pour y chercher ma montre. Au bout d'une dizaine de secondes je finis par mettre la main dessus.
Je tire jusqu'à ce qu'elle arrive dans mon champ de vision, il est 9h37.
Je m'exclame d'une voix enrouée : « Domestique !!! »
J'entends la porte s'ouvrir dans la seconde et j'entends une voix féminine : « Oui maître ... Maître tout va bien !? Mon dieu !! »
- « Je vais bien, je vais bien, aidez moi à me relever plutôt que de crier »
- « Oui maître !! »
- « Qu'elle est mon programme de la journée ma chère ? » Dis-je en replaçant les cheveux de la jeune servante derrière son oreille.
- « Vous avez un entretien dans une heure avec le brigadier-chef Yatao pour votre poste de consultant »
- « Il est vrai, faites préparer un costume, faites moi couler un bain et préparez moi un thé» Faisant glissé mes mains le long de son dos jusqu'à … Je sentis un petit carré rigide juste à l'arrière de sa robe. J'en tire un paquet de cigarette. « Mademoiselle, vous savez pertinemment que vous ne devez avoir sur vous aucun objet personnelle ... » Je me rapproche de son visage, le regard brûlant et les mains de plus en plus baladeuse. « … Mais ne vous inquiétez pas, ça restera notre petit secret » Récupérant un cigarette dans le paquet et le replaçant à sa position originelle.
Je la sentais gêné, je remarquais un léger rougissement au moment où je replacé ce petit paquet dans sa poche arrière, cela m'amusait et me révulsait à la fois : excité par le touché de son propre maître qu'elle manque de professionnalisme. Mais il semblerait que les jeunes filles soit toutes les mêmes ...  
Une fois ces hormones apaisé, elle finit par partir, j'allumais la cigarette subtilisé à la jeune servante et filé dans la salle d'eau. Mon bain y était déjà prêt, un costume gris anthracite de chez Kingsman était pendu à l'armoire à glace au fond de la pièce ainsi qu'une pair Santoni bordeaux m'attendait impatiemment au pied d'une chaise.
Une fois lavé, habillé et chaussé je sortais de cette pièce et rejoignit le hall d'entrée où m'attendait  mon thé ainsi que quatre de mes servants. L'une me tendit la tasse, une autre s'assura de la propreté de mon complet et les deux derniers s'affairaient à terminé ma tenue en y ajoutant l'une de mes cravates bordeaux habituelles.
Une fois le thé, l'époussetage et la mise en place de la cravate terminé, je m'approchais de la dernière armoire situé à côté de la porte d'entrée afin de me regarder dans la glace.
J'étais irréprochable un vrai fils Howton, sauf que je n'en étais pas un.
Chassant cette pensée de mon esprit, j’ouvris la porte de l'armoire dans laquelle se trouvait boutons de manchette, épingles à cravate, retiens col, couteaux de luxe, montres de marque ainsi que parapluie et canne en tout genre. J'optais pour des boutons de manchette en pierre volcanique, une épingle à cravate en argent, un retiens col en forme de croix, une chevalière marqué du sceaux et des initiales de ma famille adoptive, un cran d'arrêt en corne d'éléphant, une Rolex Daytona et un parapluie contenant une petit lame caché en bambou.
Une fois mon choix terminé je refermais la porte et sortis de la maison rejoignant la voiture qui m'attendait.

Je finis après presque trois quart d'heure par rejoindre le commissariat du centre ville. Il était hideux et sale comme tout dans cette ville.
Je sortais de la voiture laissant mon chauffeur et mon garde du corps derrière moi, ces deux hommes pouvaient être très irritant quelques fois et j'avais besoin de calme et de liberté pour me préparer pour la suite.
J'allais devoir persuader le brigadier-chef de me confier une affaire, me permettant donc à terme de retrouver l'assassin d'Aka... Bref …

Je rentrais dans le commissariat, les regards se tournèrent soudain vers moi, mon costume et mon parapluie faisaient tâche dans ce paysage composé d'individu en complet noir et blanc ou en uniforme. Je marchais d'un pas décidé analysant méticuleusement toutes les personnes qui m'entourait, je ne décelais dans leur comportement aucune animosité, simplement de la surprise, de l'intérêt voir de l'excitation.
Je pensais : « Sainte Mère de Dieu ! N'y a t-il pas un bouton OFF pour ça. » Posant les yeux sur une inspectrice transpirant l'envie et le désir.
Je finis par arriver devant le bureau du Brigadier-chef, je toquais et entrais.

Après près d'une heure d'entretien, je finis par sortir de bureau. A plusieurs reprises le regard du Brigadier-chef traduisit d'une préférence certainement caché pour la gente masculine, préférence dont je ne me privais pas d'abuser.
Je parvins après une dizaine de regard brûlant, une vingtaine de sous-entendu provocateur et un petit déboutonnage de chemise par obtenir ce que je voulais.
Je sortis donc du bureau avec un papier signé m'accordant le rôle de consultant civil en psychologie auprès d'une certaine Ali... Quand j'entendis une voix féminine dans mon dos qui s'exclamait dans ma langue adoptive.
Je pensais : « Un anglais parfait étonnant pour une japo... »
Au moment où je posais les yeux sur elle, je remarquais quelques choses qui sautait au yeux, elle n'était pas Japonais ! Loin de là, elle était belle et bien européenne. Des questions se bousculaient dans ma tête : « Pourquoi une anglaise était ici dans un commissariat japonais ? » « Que faisait-elle là ? » « Est-ce elle Alice ? Certes ce n'est pas très japonais comme nom mais comment une occidentale peut-elle être inspectrice au Japon ? »
J'essayais de reprendre mes esprits tentant de chasser toutes ces questions de mon esprit encore embrumé par les feux encore ardant de mes excès d'hier.
 Je me concentrais sur ces paroles :
« Hey, Christian Grey au rabais. Je te propose de sortir avec moi , pour sortir visiter la ville et parler travail. »  

 Je m'étais quelques secondes à comprendre mais je finis par répondre d'une voix calme :
« Vous êtes Alisson c'est ça ? J'accepte votre proposition avec plaisir. Je souhaite que l'on apprenne à se connaître au plus vite afin de se mettre au travail au plus vite. »
Revenir en haut Aller en bas


avatar

PROFIL
Nombre de messages : 48
Nombre de messages RP : 14
Date d'inscription : 10/12/2016
Age : 25
Localisation : Kobe

RPG
Fiche de personnage
Chambre: Externe
Études/Classe/Profession: Policiére
Ma boîte à RPs:

MessageSujet: Re: Can We Meet After ? [Alice x Kogami]   Lun 20 Mar 2017 - 20:43



Can We Meet After ?

Alice L. Skyes x Kogami Shinya



Marre de tout ces gents qui parlent, marre de tout ce bruit. Marre d'être en équilibre.
A l’époque, je tendait le cou , suppliant quelqu’un de l’entourer pour tout me faire oublier pour de bon. Mais cette époque est finie a présent.

« Vous êtes Alisson c'est ça ? J'accepte votre proposition avec plaisir. Je souhaite que l'on apprenne à se connaître au plus vite afin de se mettre au travail au plus vite. »

….Déjà étouffée , j’ai plus de fiertés , donc il n'y a aucune raison de pleurer à propos de mon prénom écorché… si ?
Oh , au pire, je laverais le sol avec sa face de gosse trop riche. Qui chose notable, m’a répondu dans ma langue. Avec un petit sourire, je me campe sur mes talons et m’accroche a la porte , comme une enfant impatiente.

« Allons-y Alfonso. J’vais pas t’attendre toute la nuit , Konami »


Le bridé écorche mon prénom, j’écorche le sien. Puis sa m’gonfle d’attendre. Il a qu’a me suivre.  
Je sors d’un coup, d’une impulsion de tallons, ne laissant pour preuve de mon passage que la porte qui fini de se fermer. Je frissonne dans la fraîcheur de la journée qui se fini , et mon corps , par réflexe , réclame son verre. Le premier, puis le deuxième , puis le troisième…

Mais non, pas ce soir. Je ne tourne pas la tête pour vérifier si le nouveau suit, je préfère hurler de ma voix la plus aimable de tavernière

« Grey, on se bouge. Le sport tu connais ou tu veut qu’on appelle des porteurs ? »


Je sors une clope de ma poche, tranquillement, et je l’allume en inspirant un grand coup. La nicotine me met un grand coup de fouet , et je me sent tout a coup plus calme. Kogami , Konami , quelque soit son prénom , survivra peut être a la soirée. J’abîmerais pas plus que nécessaire le fragile. Enfin , je crois.

Je me retourne dans la ruelle et je le vois, toujours aussi droit. Mon visage prend l’expression charmeuse et enjouée d’une fille de 20 ans un peut bébête , un peut trop charmante , un peut plus inconsciente d’être dans l’exes. Naïve et un peut maladroite… Mais dés qu’il ne peut voir que mon dos, mon visage perd son sourire. J’ai mal aux joues. Le sourire me brûle les lèvres , mais … « Show must go on ! »

Je l’entend souffler et marche plus vite pour se mettre a ma hauteur , et le ne retient pas un sourire, cette fois si bien réel , un sourire a mi chemin entre le dédain et la jubilation malsaine. J’avais vu juste.

« Alors , Grey au Tu connais le coin ? Tu connais un bar ou l’on peut se poser tranquillement ? »


Ou ton costard coûtant 6 mois se salaire t’empêche de t’asseoir la ou s’assoient les gens de la plèbe , fragile connard ?

Je ne fait même pas l’effort de tenter de passer au Japonais. Je ne vais pas lui faciliter la tache ,  nanmeoh.

Je detaille son visage, et je me retiens encore de l’insulter. Son visage , son costume… le fils a papa qui n’a jamais connu la galère , et qui vis derrière un bureau.  A la première goûte de sang il va nous tomber dans le pommes , le fragile.

Ouais, j’aime bien ce surnom. Konami , Kogami , Komachin le fragile.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


PROFIL

RPG

MessageSujet: Re: Can We Meet After ? [Alice x Kogami]   Lun 20 Mar 2017 - 21:21

« Allons-y Alfonso. J’vais pas t’attendre toute la nuit , Konami » -fut la réponse de ma nouvelle interlocutrice.

Je pensais : « Et merde, je l'ai vexé ! »

Je baissais les yeux, versifiant le dossier que j'avais sous le bras : Alice L Skyes Inspectrice au Commissariat de …

Avant même d'avoir eu le temps de terminé de vérifier le dossier je sentis un vent frais passer sur moi, s’engouffrant dans la moindre faille de mon costume me secouant d'un frisson, j'entendis s'éloignant une nouvelle fois cette voix qui s’exclamer en Anglais une nouvelle fois : « Grey, on se bouge. Le sport tu connais ou tu veut qu’on appelle des porteurs ? » 

Je t'entais une réponse mais je vis la porte se fermer devant moi. Je m'exclamais à mon tour : « Ô seigneur »avant de passer la porte pour la suivre.
Déjà elle était au coin de la rue, je piquais un petit sprint pour la rattraper mais dès que je la vis se retourner je me remettais à marcher, droit comme I pour ne rien laisser transparaître.

Je vis dans une fraction de seconde son sourire, son visage : je me rappelé mes cours d'expression anatomique, et me rendis compte qu'un aucun des muscles ''de la sincérité'' qui était les muscles du visage se contractant lors d'un réel sourire, d'un vrai regard de braise, d'une expression amicale du visage ou autre n'était contracté. Son sourire, son regard, son expression tout était faux et c'était évident.

Je pensais une nouvelle fois : « On m'a encore donné une menteuse chronique ou un syndrome du Justicier. Heureusement ce ne sont pas les comportement les plus difficile à gérer. Suffit de ne pas les provoquer et de les aider au moment propice : rien d'insurmontable donc »

Je marchais vite, plus vite essayant désespérément de la rattraper : les séquelles d'une enfance entière de mal nutrition se faisait de nouveau ressentir. Je repensais à Aka … Mais non je réussis à m'extirper de ce souvenir.

Dans un éclair je vis le regard de l'Inspectrice une nouvelle fois posé sur moi, je vis même un frémissement de plaisir à la vue de mon être légèrement essoufflé par une marche si rapide.

« Merde une perverse-sadique !!! Ca, ça va être beaucoup plus dur à gérer. Il semblerait que mon premier cas ne sera pas un criminel mais bien l'inspecteur avec qui je travaille. Ironique ! »

Perdu dans mes pensées je ne compris que la fin de la phrase prononcé par ma nouvelle patiente : « ... poser tranquillement ? »

Je répondis donc incertain mais à un rythme suffisamment soutenu pour qu'elle est du mal à me couper : « Vous avez quelque chose à déposer en lieu sûr ?
Si vous voulez je peux appeler un chauffeur pour vous raccompagner chez vous ou cette chose a-t-elle besoin d'une plus grande protection ? Auquel cas je peux lui fournir un protection : dans un coffre fort peut-être ? »
Revenir en haut Aller en bas


avatar

PROFIL
Nombre de messages : 48
Nombre de messages RP : 14
Date d'inscription : 10/12/2016
Age : 25
Localisation : Kobe

RPG
Fiche de personnage
Chambre: Externe
Études/Classe/Profession: Policiére
Ma boîte à RPs:

MessageSujet: Re: Can We Meet After ? [Alice x Kogami]   Mar 21 Mar 2017 - 14:18



Can We Meet After ?

Alice L. Skyes x Kogami Shinya


J’avais continué a avancé, ce qui le paru être une mauvaise idée quand l’asiatique me répondis :

 « Vous avez quelque chose à déposer en lieu sûr ?
Si vous voulez je peux appeler un chauffeur pour vous raccompagner chez vous ou cette chose a-t-elle besoin d'une plus grande protection ? Auquel cas je peux lui fournir un protection : dans un coffre fort peut-être ? »


Je faillis m’emmêler les pieds et tomber , me rattrapant au dernier moment pour reprendre mon équilibre


« tu raconte quoi ? JE TE DEMANDAIS Si TU CONNAISSAIS UN BAR POUR BOIRE »

Je lui répète ma phrase lentement , en articulant bien.
Pourquoi il me demande si j’ai quelque chose a déposer en lieux sur ? Et pourquoi envoyer un chauffeur ? Il me prend pour une pauvresse a ce point là ? Ou il ne comprend juste pas l’anglais, aussi. Il n’a pas compris ma question…Si ?

Ou insulte suprême il ne m’a pas écouté en entier ?

« Allez, on va plutôt prendre un café hein. »

Un sursaut ultime d’inteligence me rappelle que les Japonais ne tiennent pas l’alcool. Et que je ne doit pas baisser la garde. Alors je me dirige vers un petit café bien modeste, pour voir la réaction du coincé, et je continue a me demander si il baise avec ce foutu costume, qui semble greffé a lui.

«On a pas toute la nuit Konami »

Comme un écho de ma première agression verbale , je lui répète , et je m’engoufre dans le café , me glissant sur une des petites banquettes. Je lui laisse la chaise, une petite chaise qui donne l’impression que je vais lui faire subir un interrogatoire, ce qui me faire ricaner intérieurement. Je voulais rester dans mon pays, ou au moins aller en France. Ils sont chics eux !  
Ici en plus leurs thé est bizarre. Et si j’ose y mettre du lait et du sucre, les payants sortent leurs fourches et leurs torches. Laissez moi vivre a l’anglaise, connards asiatiques !

Mon attention se reporte sur Kogami face a moi, et je garde le sourire , un sourire qui remonte jusqu’au yeux. Je pose mon menton dans ma main , calmement et j’attend qu’il engage la conversation.
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



PROFIL

RPG

MessageSujet: Re: Can We Meet After ? [Alice x Kogami]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Can We Meet After ? [Alice x Kogami]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amai Gakuen  :: Le coin détente :: RPs 2017-
Sauter vers: