Partagez | 
 

 "Journal de bord" | Logan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Administrateur

avatar

PROFIL
Nombre de messages : 1921
Nombre de messages RP : 333
Date d'inscription : 29/08/2014
Age : 20
Localisation : Dans un carton.

RPG
Fiche de personnage
Chambre: J'vis à Inazami.
Études/Classe/Profession: Tueur à gages. ♥
Ma boîte à RPs:

MessageSujet: "Journal de bord" | Logan   Lun 27 Mar 2017 - 22:36

Bouh. ♥️ Alors après quelques demandes (lol je fais genre j'suis désiré), j'ai décidé d'ouvrir une sorte de journal de bord. Je l'appelle comme ça car il s'agissait de l'idée originale, mais je préfère en faire une sorte de Nouvelle retraçant la vie de mon personnage principal et accessoirement celui que je joue sans discontinuer depuis bientôt trois ans. Il a eu un développement incroyable, tant et si bien que je pourrais y consacrer un roman, si j'avais le temps. Néanmoins, comme raconter sa vie serait d'une banalité à pleurer, j'ai d'abord décidé de revenir sur celle de ses parents et de leurs déboires sentimentaux. Parce que Logan, c'est pas juste le gosse abandonné qui a mal tourné. Ses parents n'ont pas fait ça sur un coup de tête, et ce sont deux personnes avec leur propre histoire et leur vécu singulier. Il était donc important que j'y revienne, hors RP j'entends, parce que ça me tenait à coeur et que je préfère m'investir dans un écrit découlant de mes personnages, plutôt que de jeter des textes indépendants avec peu de rapport entre eux. Je vous souhaite une bonne lecture, et vous laisse découvrir, tout d'abord, la maman de notre cher et tendre délinquant.


C'était une histoire singulière mais surtout, c'était leur histoire, en dépit de ce que les babillages d'autrui laissaient entendre, intrusifs et versatiles. C'étaient des éclats d'émotions n'appartenant qu'à eux seuls, des moments chéris et d'autres mille fois regrettés, peut-être un peu trop ressassés. C'était grisant, tragique et dévastateur, les vicissitudes façonnant et détruisant tour à tour les vies, leur vie et leur déboires, leur bonheur et leur désillusion. Mais il s'agissait là, envers et contre tout, de l'histoire de deux êtres profondément humains, avec les bagages de leur passé et les convictions de leur devenir.


- - -


Elle s'appelait Amanda, et éblouissait de par son élégance abrupte et son caractère si tendrement marginal. Car marginale, elle l'était et cultivait cet attrait du contresens perpétuel, de l'indolence qui fâchait ou qui questionnait parfois, quelques esprits étriqués. Elle venait d'Espagne et y vivait d'ailleurs, traînant sa cascade de cheveux noirs et sa paire d'yeux bleus fascinants dans la vieille ville ou bien les quartiers pauvres de sa cité, armée d'un sourire fracassant, et d'une époustouflante joie de vivre. C'était un joyau perdu entre d'opulents rochers sinueux, un souffle de fraîcheur apaisant les plus démunis, c'était l'allégorie de la Noblesse la plus pure ; celle de l'âme. Elle sillonnait les rues étroites en trottinant, ignorant sa robe ocre mille fois rafistolée qui s'évertuait à glisser d'une de ses épaules bronzées, le regard luisant de malice. Amanda ne s'inquiétait guère des difficultés qui s'imposaient à elle, et vivait sa marginalité avec une candeur attendrissante. Pour renouveler sa garde robe, la demoiselle chipait les tissus qu'étendaient les riches sur leurs balcons, laissant ses doigts de fée se charger du reste de l'ouvrage artistique ; mesures, coutures, raccommodage. Elle n'était pas la mieux vêtue, et n'égalait pas ces dames que l'argent avait rendu jolies, mais elle n'avait point besoin d'artifices pour s'attirer éloges et lauriers.  C'était une femme dotée d'une robustesse de caractère peu commune, et d'une détermination sans faille. Chaque jour, elle partait travailler à l'Eglise, sous la lumière bienveillante que projetaient les nombreux vitraux du monument. Elle s'appliquait, avec minutie et conviction, à entretenir les abords du lieu de culte, et accueillait les personnes dans le besoin. Amanda leur offrait du thé et quelques biscuits, faisait rouler sur sa langue quelques mots réconfortants en triturant distraitement, mais avec une infinie délicatesse, le rosaire en bois qui ornait son cou et jouait avec les courbes de ses clavicules.

Elle habitait non de loin de Santiago de Compostela, avec sa mère et ses quatre frères. Le quotidien était rude, rythmé par la sévérité d'une génitrice peut-être trop croyante, trop investie dans les méandres de sa foi pour s'occuper de ses enfants. Enfants qui étouffaient, prisonniers de leur pauvreté, prisonniers des dogmes de la société les contraignant à délaisser leur indépendance au profit de l'unité fraternelle. Amanda avait tout juste vingt ans, et évoluait avec peine dans un capharnaüm qui la rongeait, mais dont elle tentait de faire abstraction. Les tâches ménagères lui étaient systématiquement attribuées, et la jeune adulte se retrouvait là, tard le soir, croulant sous la charge de travail et les remontrances de sa mère qui, perpétuellement, déplorait qu'elle ne soit pas encore mariée. Pourtant, malgré ces obligations familiales, Amanda se revendiquait indépendante, et ne désirait pas se soustraire à un homme et ce, peu importe son statut social ou bien les qualités dont on cherchera à le vanter. C'était une jeune femme avide de liberté, qui faisait tout pour briser le carcan dans lequel son entourage voulait l'enfermer, la broyer un peu plus chaque jour à coup de labeur superflu qu'on lui imposait.

Malgré cette facette sombre de son quotidien, qu'elle subissait plus qu'elle ne l'appréciait, Amanda exécrait par-dessus tout l'hypocrisie de sa mère qui, lorsque des invités pénétraient le seuil de leur humble maisonnette, se parait d'un visage affable et s'écriait combien elle était fière de sa tendre fille. Une volubilité qui lassait la concernée, mais dont elle s'affranchissait en souriant doucement. Des compliments à la chaîne, souvent radotés, toujours les mêmes. "Regardez ses longs cheveux noirs, voyez comme elle est belle !", et les gens s'extasiaient. "Elle a les yeux de son père, figurez-vous que le saphir est une couleur plus rare et plus noble encore que l'azuré !" et Amanda penchait la tête, incrédule. "Ma fille est magnifique, ma fille est parfaite !", et les regards concupiscents se posaient sur elle. Amanda finissait par quitter la pièce et cet enfer séditieux pour déambuler dans la rue, pieds nus, les cheveux attachés par un vieil élastique terne. Elle fermait les paupières et appréciait la sensation du sol brûlant accompagnant ses foulées timides, elle vagabondait en se laissant offrir quelques fruits d'épiciers qui fermaient boutique pour la nuit. Amanda adorait ses moments de solitude. Dieu qu'elle aimait sentir la douceur du vent heurtant passivement sa peau hâlée, Dieu qu'elle chérissait ces sensations simples mais essentielles à sa vie et son bien-être... Le soleil effleurant son épiderme, l'odeur des jours pluvieux, le sourire des passants et l'écho des cloches au loin.

Amanda était une femme forte, qui avait surmonté la mort de son paternel avec courage et dignité. Emporté par une maladie inconnue, sa fille éplorée conservait une certaine rancœur à l'égard de sa mère qui, trop têtue, avait laissé son mari mourir par fierté. Elle l'avait observé périr, refusant de l'emmener voir un médecin car trop obnubilée par ses croyances ancrées au plus profond de son être. Les guérisseurs avaient remplacé les docteurs et sa vie s'était éteinte, en silence, comme la lueur fragile d'une bougie annihilée dans un souffle agonisant.

Ce fut ce deuil douloureux qui changea Amanda à tout jamais.


~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~

mon coeur est passé sous le métro. #384C83 " Je fais ce que je peux. Avec mes silences et le reste. Avec mes peurs de bête. Avec mes cris d'enfant qui ne débordent plus. Je fais ce que je peux. Dans ce petit bain de cruauté et de lumière. Dans les éclats de verres et de mensonge. Dans la délicatesse. Dans la violence du temps qui piétine nos rêves. Dans nos petits pataugements précieux. Un matin après l'autre. Un oubli après l'autre. Un mot sur le suivant. Je fais comme tout le monde. Avec le ciel et sans les dieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

PROFIL
Nombre de messages : 285
Nombre de messages RP : 92
Date d'inscription : 26/11/2014
Localisation : Dans les nuages.

RPG
Fiche de personnage
Chambre: 1A - Seul
Études/Classe/Profession: 2ème année de Médecine
Ma boîte à RPs:

MessageSujet: Re: "Journal de bord" | Logan   Ven 31 Mar 2017 - 1:11

Je tenais à écrire un message malgré le fait que tu connaisses déjà mon avis général sur ces premiers paragraphes. ^^ Je trouve cela merveilleusement bien écrit, c'est un texte sobre mais riche qui nous dévoile un personnage nuancé. On ne la connaît pas encore mais l'on s'attache à cette Amanda prise dans un étau de responsabilités traditionnelles & dogmatiques, non-sens d'une liberté qu'elle désire acquérir. :) J'ai hâte d'en savoir plus car cette future maman a l'air d'être une bonne personne & je me demande bien ce qui a pu arriver dans sa vie pour en venir à abandonner son enfant. :(

Ce point de vue extérieur à ton personnage récurrent est intéressant. Souvent, créer un orphelin est pratique et/ou est un prétexte à des tourments futurs mais il est rare de constater que des rôlistes se concentrent sur les proches en les considérant comme des personnages à part entière, & non pas des faire-valoir au personnage joué.^^ J'attends (im)patiemment la suite. :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Administrateur

avatar

PROFIL
Nombre de messages : 1921
Nombre de messages RP : 333
Date d'inscription : 29/08/2014
Age : 20
Localisation : Dans un carton.

RPG
Fiche de personnage
Chambre: J'vis à Inazami.
Études/Classe/Profession: Tueur à gages. ♥
Ma boîte à RPs:

MessageSujet: Re: "Journal de bord" | Logan   Sam 1 Avr 2017 - 23:03

Tout d'abord. Cet avatar du 1er avril me tue, mais à un point... xDD
ENSUITE. MERCI. INFINIMENT. Car c'est un petit projet qui me tient à coeur, parce qu'il va être d'envergure. Alors je ne suis pas en train de dire que je vais faire un roman, je ne prétends pas être une experte dans la narration et à la relecture de ces quelques paragraphes, je vois déjà des tournures de phrase qui me font tiquer, donc que je vais modifier. Cependant j'avais envie de quitter un peu le domaine du RP en gardant la base de mes personnages, et de me consacrer sur quelque chose de plus important à mes yeux, à long terme notamment. Et je sais que mes écrits ici ne seront pas réguliers, parce que j'ai d'autres choses à gérer, mais ce genre de messages m'encouragent vraiment. D'un côté je me dis que je n'écris pas dans le vent, et que j'ai un lecteur fidèle haha. Donc merci. Merci pour tes compliments et SURTOUT, si tu -ou si quelqu'un xD- as une critique à émettre, n'hésite pas. J'en ai besoin pour avancer. :D

Poutou sur ton bidouuuu.

~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~

mon coeur est passé sous le métro. #384C83 " Je fais ce que je peux. Avec mes silences et le reste. Avec mes peurs de bête. Avec mes cris d'enfant qui ne débordent plus. Je fais ce que je peux. Dans ce petit bain de cruauté et de lumière. Dans les éclats de verres et de mensonge. Dans la délicatesse. Dans la violence du temps qui piétine nos rêves. Dans nos petits pataugements précieux. Un matin après l'autre. Un oubli après l'autre. Un mot sur le suivant. Je fais comme tout le monde. Avec le ciel et sans les dieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



PROFIL

RPG

MessageSujet: Re: "Journal de bord" | Logan   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Journal de bord" | Logan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amai Gakuen  :: Le coin détente :: L'espace de partage-
Sauter vers: