Partagez | 
 

 L'homme de la situation? [FT. Logan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


PROFIL

RPG

MessageSujet: L'homme de la situation? [FT. Logan]   Mer 19 Avr 2017 - 23:00

L'homme de la situation?

       
feat. Lullaby & Logan

       


Voilà à présent quelques semaines que j'avais rejoints l'université d'Amai Gakuen. Le décès de ma mère planait toujours au-dessus de moi, un peu comme une foutue ombre qui rendait tout plus triste, plus gris. Pourtant, je m'étais faite à cette idée depuis des mois, mais lorsque c'était arrivé, quand l'hôpital m'a appelé, tout était partie en l'air. J'avais beaux m'être dis « Tu seras forte Lullaby, tu le seras pour elle ! », je n'y ai pas réussis. Surtout que je me retrouvais à présent seule, orpheline, avec un frère disparut dans la nature. J'avais l'impression que le sort c'était acharné sur moi, comme pour me dire depuis des années « Tu n'es pas désirée sur cette planète Lullaby, personne ne t'en voudrait si tu disparaissais, tu sais ? » Ouai, c'est franchement pas joyeux dans ma tête, mais c'était comme ça depuis un bon moment maintenant.

Alors, je devais bien avouer que pour le moment je n'avais toujours pas la tête à me plonger dans mes cours de biologie. Pourtant, ils me passionnaient réellement, je savais que je voulais devenir vétérinaire et que pour réussir je devais être constamment une des meilleures de ma promotion pour continuer d'avoir ma bourse pour suivre mes études. Mais pour le moment quelque chose me tracassait plus que mes notes scolaires. J'avais une envie qui ne me quittait plus depuis quelques jours, depuis que j'avais surpris une conversation entre deux élèves pas franchement très discret. Ils parlaient d'un tueur à gage, un certain Dan.

Les tueurs à gage, c'est fait pour retrouver des gens et les tuer, non ? Et moi c'est ce dont j'avais envie en ce moment, retrouver mon frère. Pas vraiment le tuer, bien que je ne vous cache pas que par moment j'en avais très envie. Pour lui faire payer d'avoir dilapidé l'argent de notre famille, l'argent qui aurait pu permettre de garder notre mère encore quelques temps près de nous, sans que je ne sois forcée de quitter le lycée pour payer ses soins. Je lui en voulais aussi qu'il n'ait pas été là pour son enterrement, qu'il ne lui ait pas dit au revoir et qu'il ne soit pas là pour moi. Bien que nous n'avions jamais été très proche l'un de l'autre, sa présence me manquait terriblement, après tout il n'était plus que ma seule famille à présent. Mais non, il faisait le mort et il le faisait très bien...

Alors, je m'étais mis à chercher ce fameux Dan. J'avais mis plusieurs jours à me décider si je devais oui ou non lui demander de retrouver mon frère et encore plus de jours pour réussir à trouver sa trace. Purée, il faut soit-même être détective privé pour mettre la main sur un tueur à gage, m'étais-je dis. Un numéro de téléphone, que j'avais composé, fébrile, comme je m'y attendais ce fût un homme qui répondait. J'avais un peu la voix cassée, faut dire que je ne l'utilisais pas beaucoup ces derniers temps. Après un rapide échange, nous nous mîmes d'accord pour nous retrouver le lendemain dans un bar dans le discret d'Uzume.

Je n'avais pas réussi à fermer l'œil de la nuit, beaucoup trop stressée à l'idée de cette rencontre. Alors, quand mon réveille sonnait, je me levais tel un zombie, heureusement qu'une bonne douche et qu'un peu d'anti-cerne réussirent à masquer les traces de cette horrible nuit, bien qu'en ce moment je n'accordais pas vraiment grande importance à mon apparence, sans pour autant me négliger. Je n'avais pas cours ce matin, alors je prenais mon temps pour déjeuner, avant d'étudier un peu, puis après midi l'heure du rendez-vous approchait à grands pas. Plus l'heure était proche, plus mon cœur battait vite, comme si ce rendez-vous allait changer ma vie, bien que je n'arrêtais pas de me dire de ne pas trop fonder d'espoirs dessus.

Je prenais les transports en commun pour me rendre dans le bar qu'avait indiqué le tueur à gage. J'étais bien contente d'avoir enfilé un sweat assez large, bien que l'endroit faisait moins mal famé que ce à quoi je m'attendais à vrai dire. Il faut dire aussi que je n'étais pas dans le quartier le plus malsain de la ville. Un serveur me plaçait à une table avant de me donner la carte des boissons. Je lui demandais un thé sans même prendre le temps de la lire, regardant fixement la porte, me demandant à chaque client qui entraient s'il était l'homme que j'étais venue voir.


       
       
made by guerlain for epicode
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar

PROFIL
Nombre de messages : 1868
Nombre de messages RP : 309
Date d'inscription : 29/08/2014
Age : 20
Localisation : Dans un carton.

RPG
Fiche de personnage
Chambre: J'vis à Inazami.
Études/Classe/Profession: Tueur à gages. ♥
Ma boîte à RPs:

MessageSujet: Re: L'homme de la situation? [FT. Logan]   Ven 21 Avr 2017 - 12:38

 
C'est la dèche. Clairement. C'est la misère, la poisse cataclysmique, ça arrive quand tu t'y attends pas,  ça pose ses fesses sur un gros tas de dossiers entassé çà et là. Juste... comme ça. La routine insidieuse qui s'introduit dans ta vie et s'immisce au creux des p'tites failles, des choses qui façonnent une existence et qui donnent envie d'exister. Au début on se dit qu'ça va passer. Les clients ne se bousculent pas aujourd'hui ? Pas de problème, ça me redonne espoir en cette foutue humanité. Et puis un, deux, trois jours. Sans contrat. Sans rien à me mettre sous la dent. Sans rien pour faire tourner le moteur de ma carcasse vide de sentiment. Noyée dans le néant. Alors ça devient corrosif, ça te bouffe un peu, beaucoup et puis ça s'empare de tes fulgurances d'esprit. Y'a plus rien. Y'a plus rien qui tourne rond. T'es là et tu te réveilles à quatre heures de l'après-midi, tu titubes d'un air peu engageant pour choper une binouze déjà entamée qui pourrit dans ton frigo depuis trois jours. T'as l'estomac retourné, alors tu vas gerber. Ton regard mort creuse encore un peu davantage dans le vide de cette salle de bain morne, tu soupires, te relèves comme tu peux mais ta tête tourne parce que t'as rien bouffé depuis quarante-huit heures. Un coup d'oeil à ton reflet dans le miroir, tes mains se referment sur le rebord du lavabo, tes muscles se crispent, fébriles, dans leur poigne hargneuse et désespérée.

Voilà ce que je subis depuis deux semaines. C'est rien, tu m'diras. Mais ce boulot, c'ést la seule chose qui me permet de ne pas exploser à la gueule d'innocents. C'est c'qui me maintient stable. Une stabilité bancale, soumise aux aléas de ma misanthropie récalcitrante, une stabilité sous le joug de ma haine qui est là et qui fait les cent pas dans la cage que j'ai érigée spécialement pour elle, dans un coin de ma tête. Deux semaines que j'me suis pas défoulé. Deux semaines que j'me balade dans mon appart' en causant à ma solitude, deux putain de semaines, quinze foutus jours, trois-cent-trente-six heures de calvaire insoutenable.

Alors quand mon portable a sonné, ce jour-là, j'ai décollé mon cul du canap' pour me jeter sur la table basse, comme un gros pachyderme échoué. Une voix féminine, à l'autre bout du fil. J'me suis dit que c'était pas sérieux, mais j'ai accepté quand même. Donc j'lui ai donné rendez-vous à Uzume. Comme ça, sans réfléchir. Ma voix caverneuse a tonné, et j'ai raccroché.

C'est le jour J, et ma routine n'a pas évolué. Je me lève, toujours trop tard, j'me traîne jusqu'à la salle de bain, je m'engouffre sous l'eau glacée et rage un bon coup parce que putain, c'est froid quand même. Je sors, en soupirant, ma tête tourne et me rappelle que j'ai oublié de manger. Nouveau soupir, mes yeux viennent chercher la vision d'un plafond blafard, ma moue se fait consternée. Je me balade à poil chez moi, traverse le salon, m'arrête dans le truc qui me sert de chambre et j'empoigne quelques vêtements. Toujours amples. Je les enfile en grognant, j'ai des étoiles sombres devant les yeux et rester debout me donne des vertiges. Alors j'me dépêche. Nouveau grognement, pour l'élastique du boxer qui vient de claquer furieusement contre ma hanche, et encore un autre, pour la capuche de mon sweat qui reste coincée sur ma tronche. Je m'assois enfin, pour mettre mes rangers noires, et retourne au salon, où siège aussi ma cuisine américaine. Une omelette faite à la va-vite, un gros steak à point et deux pommes plus tard, j'empoigne mes clés et sors de mon appartement.

Enfin.

Parcourant les rues désertes d'Inazami, je jette un regard blasé au ciel qui me surplombe, toujours aussi... bleu. Le silence me poursuit, et si j'appréciais jusque là ce calme pesant qui règne toujours en maître dans ce district sordide, je suis pour une fois satisfait de rejoindre la ville et son tumulte.

Je me rends au bar dans lequel j'ai fixé ce rendez-vous. Un endroit ni trop bondé, ni trop  silencieux, pour discuter aisément, sans devoir hausser le ton comme des gros phoques ou chuchoter pour ne plus pouvoir s'entendre. J'arrive dans la fameuse rue qui abrite cet établissement, et pousse la porte d'entrée surplombée par une enseigne en bois ocre. Un serveur vient immédiatement me gratifier d'un irritant "irasshaimaseee" auquel je réponds par un regard profondément apathique, avant de l'ignorer royalement, mes yeux déjà en quête de mon rencard mon potentiel client. Je l'entends me proposer une table, je l'écoute vaguement mais balaye sa proposition d'un revers de main, préférant m'aventurer dans la grande salle en détaillant les gens tranquillement attablés.

L'unique personne esseulée à une table et qui semble attendre quelque chose est une fille aux cheveux carrément flashy, et après un instant d'hésitation, je viens à sa rencontre en m'affalant le plus naturellement du monde sur la chaise qui lui fait face.

Un moment de silence.
Un peu gênant.

... Ok.

J'ai l'air profondément blasé. Pas convaincu du tout. Non mais comprenez-moi, c'est pas le profil type de mes clients habituels hein. Les gens qui réclament mes services, c'est l'genre de mec qui fait flipper tu vois, les gros durs et les gros bras, des nippons avec de l'or sur les doigts ou des Gaijin avec une tête de malfrat pas commode. Là, c'que j'ai en face de moi c'est... une tignasse rose. Alors j'comprends pas. J'me dis qu'elle s'est trompée de gars, qu'en fait elle cherchait une nounou pour son gamin et qu'elle a sûrement mal compris le concept d'mon métier mh. Qui sait.

Je penche la tête, la toise un peu, mon regard ennuyé posé sur sa personne.

J'fais pas garde du corps à la sortie d'ton lycée, hein.

Je détourne les yeux, soupire un grand coup, je ne cherche pas une seconde à cacher mon ennui ou à faire bonne figure, j'en ai rien à faire et j'ai l'impression de perdre mon temps, là.

Et je conclus finalement, d'un air terriblement nonchalant :

Bon, tu veux quoi ?

~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~

mon coeur est passé sous le métro. #384C83 " Je fais ce que je peux. Avec mes silences et le reste. Avec mes peurs de bête. Avec mes cris d'enfant qui ne débordent plus. Je fais ce que je peux. Dans ce petit bain de cruauté et de lumière. Dans les éclats de verres et de mensonge. Dans la délicatesse. Dans la violence du temps qui piétine nos rêves. Dans nos petits pataugements précieux. Un matin après l'autre. Un oubli après l'autre. Un mot sur le suivant. Je fais comme tout le monde. Avec le ciel et sans les dieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


PROFIL

RPG

MessageSujet: Re: L'homme de la situation? [FT. Logan]   Sam 22 Avr 2017 - 9:50

L'homme de la situation?

       
feat. Lullaby & Logan

       


Mais qu'est-ce qu'il m'avait pris de contacter un tueur à gage ? Je raccrochais mon portable avant de le balancer à l'autre bout de mon lit, comme s'il contenait l'homme qui venait de me donner rendez-vous, demain, dans un bar à cocktail. Je me recroquevillais contre ma tête de lit, les genoux repliés sur ma poitrine et les bras autour. Je fermais les yeux en essayant de contrôler ma respiration. C'est quelque chose que j'avais appris à faire depuis la mort de mon père, quelquefois cela me permettait de ne pas fondre en larme. Bon aussi des fois ça ne marchait pas du tout...

Je finissais ma journée en essayant de me concentrer dans mes revissions, au moins cela avait le don de me calmer. Après plusieurs heures plongée dans mes cours de génétique, je finis par tomber de sommeil, complètement épuisée, alors que le soleil commençait à se lever... Je ne dormais que quelques courtes minutes, pas suffisantes pour me reposer puisque mon réveil sonnait. Si seulement j'avais pensé à le désactiver la veille... Je sortais de mon lit à contre-cœur, mais je n'aimais pas passer ma journée à ne rien faire, j'avais l'impression de perdre ma journée sinon. Je me traînais jusqu'à la douche, j'étais contente de ne partager ma chambre avec personne pour le moment, mais je savais que cela n'allait pas durer.

Et puis finalement je me mis en route lorsque l'heure du rendez-vous approchait. J'avais bien évidemment mis mon casque sur mes oreilles, écoutant ma musique, me coupant totalement du monde qui m'entourait. J'avais l'impression de me retrouver complètement seule quand j'écoutais ma musique, par moment ce tout ce que je voulais, m'échapper. Après quelques minutes de bus, je descendais non loin du fameux bars à cocktail. J'entrais, un serveur m'indiquait une table à lequel je m'installais avant de lui demander de m'apporter un thé.

Malgré que nous étions à peine en début d'après-midi, il y avait une certaine agitation qui régnait dans le bar à cocktail. Je n'avais décidément pas l'habitude de ce genre d'endroit, en fait je n'aimais même pas spécialement ça. Pourtant, le lieu ne semblait pas du tout mal fréquenté, au contraire, c'est tout à fait le genre d'endroit dans lequel mes parents auraient pu se rendre de leur vivant... Je chassais cette idée de ma tête en la secouant, comme si cela avait un effet direct. Au lieu de ça je me concentrais plutôt sur les autres clients du bar, ceux déjà présent, qui sirotaient leur verre en riant et les nouveaux, qui passait le pas de la porte. Il y avait quand même pas mal de couple remarquais-je.

Et finalement quelqu'un entrait, lui aussi semblait chercher quelqu'un, puisqu'il jetait un coup d'œil rapide partout dans la salle. Était-ce lui, le fameux Dan ? Je le regardais discrètement jusqu'à ce qu'il vienne s'installer à ma table. Je le regardais sans rien dire, un silence pesant s'étant installé entre nous. Je ne savais pas vraiment quoi dire... Je sentais qu'il avait l'air étonné qu'une jeune fille comme moi puisse avoir demandé les services d'un homme comme lui. Ben oui mon gars, ça arrive des fois. Enfin, t'emballe pas, je vais pas te demander de tuer quelqu'un aujourd'hui. Enfin ça c'est ce que j'aurais bien aimé pouvoir lui répondre alors qu'il me lançait qu'il ne faisait pas garde du corps à la sortie du lycée. Franchement je ne le sentais pas vraiment, surtout qu'il semblait plutôt avoir envie de s'en aller qu'autre chose... Il finit enfin par me demander ce que je voulais.

Je sentais le rouge me monter aux joues alors que le serveur m'apportait ma tasse de thé en demandant au nouveau venu s'il désirait quelque chose. J'attendais qu'il parte, prenant la tasse bouillante entre mes mains avant de me décider enfin à parler.


-Euh.... Je... J'aimerais que vous... Vous retrouviez quelqu'un pour moi... Est-ce que c'est.... dans vos cordes ?.... Lui demandais-je, pas vraiment sûre de moi.

       
       
made by guerlain for epicode
Revenir en haut Aller en bas

Administrateur

avatar

PROFIL
Nombre de messages : 1868
Nombre de messages RP : 309
Date d'inscription : 29/08/2014
Age : 20
Localisation : Dans un carton.

RPG
Fiche de personnage
Chambre: J'vis à Inazami.
Études/Classe/Profession: Tueur à gages. ♥
Ma boîte à RPs:

MessageSujet: Re: L'homme de la situation? [FT. Logan]   Jeu 27 Avr 2017 - 14:55

 
Je la fixe d'un regard soutenu, sans discontinuer, cherchant à savoir quand est-ce qu'elle va enfin cracher le morceau. Pour autant, j'suis pas en train d'essayer de l'intimider ni quoi que c'soit, j'ai passé l'âge de jouer à ces jeux-là. Mes yeux ne dépeignent aucune agressivité, il y a juste un bleu stagnant, calme, qui semble ballotter d'un côté à l'autre de mes iris, un peu morne. Un peu mort, surtout. Je garde le silence, réprime l'énième soupir de la journée qui menace ardemment de glisser hors de mes lèvres, je laisse s'écouler les maigres secondes avec ma tête penchée sur le côté et mon bras négligemment posé sur le dossier de la chaise.

Personne ne prête attention à nous, trop occupés à siroter leur verre que le Gaijin à la tronche bleue leur à concocté, derrière son comptoir -coucou blake :D-. Trop absorbés par leur discussion psalmodique, une litanie faite de vide parce que traitant des vicissitudes banales, d'une visite chez le coiffeur ou bien de leur découvert à la banque. C'est calme, leurs voix emplissent gentiment la salle et la baignent d'une rumeur presque bienveillante. Le genre de bruit de fond qui devient chaleureux, qui meuble un peu les silences et comblent les blancs gênants. Ca m'aurait agacé en temps normal, mais voilà des jours et des jours que je n'ai pas quitté ma tanière sombre pour effleurer ne serait-ce que la moindre once de civilisation. Alors malgré ma tronche blasée au possible, et ma dégaine à l'arrache, force est de constater que ouais, j'apprécie l'atmosphère que dégage cet endroit.

Quand mon regard a fini de jouer avec les yeux de mon interlocutrice peu bavarde, il s'accroche à ses pommettes blanchâtres qui ne le sont plus tant que ça. Malgré son tempérament qui est, aux premiers abords, assez peu loquace, sa tronche a au moins le mérite de véhiculer des expressions pour le moins... éloquentes. Et bah quoi ? Je l'intimide ? Pourquoi est-ce qu'elle rougit comme ça ? Cette demoiselle a vraisemblablement toute mon attention mais, avant qu'elle ne puisse dire quoi que ce soit, voilà qu'un des serveurs lui amène sa commande. Il me jette un regard de biais, j'ai l'air d'un type louche, pas commode et surtout peu fréquentable, alors je comprends, ouais, j'comprends pourquoi il me dévisage de cette manière-là. Il me demande si je désire commander quelque chose, ce à quoi je réponds par un taciturne "une bière, merci.", pressé d'entendre les mots de cette demoiselle aux cheveux roses.

Euh.... Je... J'aimerais que vous... Vous retrouviez quelqu'un pour moi... Est-ce que c'est.... dans vos cordes ?....

A ces mots, je quitte ma position de gros cachalot échoué sur ma chaise pour me redresser, croisant les bras sur la table.

Ouais, je sais faire. Mais il me faut une base. Un nom ou un prénom, une photo... n'importe quoi. C'est à partir de ça que j'vais travailler.  

Je ne demande même pas pourquoi est-ce qu'elle veut retrouver cette personne. Vous pourriez trouver ça étrange, sauf que j'pars du principe que ça me regarde absolument pas. C'est pas mes affaires. J'me fiche bien de la vie privée des gens, je me fous royalement de savoir que le voisin couche avec la femme de son pote, j'ai déjà ma vie à moi et ça me suffit. Les gens qui se complaisent dans ce genre de mélasse englué de ragots ont une triste existence, putain. J'compte pas soutirer des informations à cette fille, tant qu'elle me paye pour le boulot j'vois pas pourquoi j'irai chercher plus loin.

En clair je joue juste au détective privé. Pas la peine que j'te ramène cette personne par la peau du cul, mh ? Une adresse suffira je suppose.  

J'ai l'air déçu. Je suis déçu. Une opération kidnapping ça aurait été GENIAL, putain ! J'aurais mis la musique de James Bond dans mes écouteurs et... ouais bon, passons.

Jouer au détective privé, c'est déjà mieux que rien, tu m'diras.


~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~♦~

mon coeur est passé sous le métro. #384C83 " Je fais ce que je peux. Avec mes silences et le reste. Avec mes peurs de bête. Avec mes cris d'enfant qui ne débordent plus. Je fais ce que je peux. Dans ce petit bain de cruauté et de lumière. Dans les éclats de verres et de mensonge. Dans la délicatesse. Dans la violence du temps qui piétine nos rêves. Dans nos petits pataugements précieux. Un matin après l'autre. Un oubli après l'autre. Un mot sur le suivant. Je fais comme tout le monde. Avec le ciel et sans les dieux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



PROFIL

RPG

MessageSujet: Re: L'homme de la situation? [FT. Logan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'homme de la situation? [FT. Logan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amai Gakuen :: Le coin détente :: RPs 2017-
Sauter vers: